Chocolatine ou Pain au chocolat : enfin la vraie réponse

Chocolatine ou Pain au chocolat : enfin la vraie réponse

Avant toute chose, et face à l’ampleur des débats suscités par cet article, je tiens à rappeler qu’il ne s’agit que de bouffe ! Pas la peine de se stresser, vous avez tous le droit d’appeler ça comme vous voulez, tant que c’est bon !

Bon, aujourd’hui il est grand temps de s’attaquer à l’un des principaux problèmes gastronomiques de notre pays : la question de la chocolatine et du pain au chocolat. On sait que c’est un problème qui divise les français. Peut-être plus encore que le clivage gauche-droite, plus que le conflit Iphone-Android, et plus encore que la guerre Coca-Pepsi. Et il est temps de trancher cette question, une fois pour toute.

Résoudre le débat pain au chocolat – chocolatine

D’abord : de quoi parle-t-on ? La chocolatine ou pain au chocolat, c’est une viennoiserie composée de pâte levée feuilletée, généralement rectangulaire, et fourrée avec du chocolat. Sans que l’on sache vraiment pourquoi, cette petite douceur de nos boulangeries a créé dans notre pays une véritable scission, une fracture irréparable. D’un côté, une majorité de la population appelle ça « pain au chocolat » de l’autre, un bastion d’irréductibles sudistes l’appelle la « chocolatine« , ainsi que quelques québécois. 2016 devant être une année de paix et de réconciliation après tout ce que nous avons traversé en 2015, j’ai décidé de me lancer dans une croisade qui permettra enfin de faire éclater la vérité sur ce sujet et d’apaiser les coeurs.

Retour donc sur l’épineuse question du pain au chocolat et de la chocolatine, avec 4 questions.

Pain au chocolat ou chocolatine : quel terme est le plus employé ?

Carte pain au chocolat chocolatine

Vous avez déjà forcément vu ces cartes : la majorité de la population française emploie le mot « pain au chocolat ». « Chocolatine » est réservé aux régions bordelaises et toulousaines. En Belgique, on emploie plus volontiers le mot « Couque au chocolat », mais « pain au chocolat » est aussi connu, alors que « chocolatine » est très marginal. Au Québec, c’est « chocolatine » qui remporte le match puisqu’il est un terme quasiment officiel outre-atlantique.

Mais au nombre de locuteurs, c’est tout de même pain au chocolat qui gagne. D’ailleurs, y’a même un site internet juste dédié à ce débat, et pour l’instant, c’est bien pain au chocolat qui a le plus de partisans. Si vous voulez voter, c’est par ici : http://chocolatineoupainauchocolat.fr/.

Chocolatine 0 – Pain au chocolat 1

Chocolatine ou pain au chocolat : quel terme est le plus ancien ?

Kipferl pain au chocolat chocolatine
Un Kipferl : l’ancêtre autrichien du croissant

 

Pour connaître le vrai nom de ce produit, tentons un instant de remonter à son origine. Le pain au chocolat est une viennoiserie. Pour ceux qui ne le savent pas, ce terme a commencé à être utilisé au XIXème siècle en France pour désigner des pâtisseries d’inspiration viennoise. En effet, à cette période les échanges culturels entre l’Autriche et la France sont plutôt forts : le Royaume de France et l’Empire Autrichien sont deux des principales puissances européennes, qui plus est liées par alliance (Marie-Antoinette d’Autriche était Reine de France à peine quelques décennies plus tôt). La première « Boulangerie Viennoise » est installée en France dans les années 1830 au 92 rue Richelieu, et est dirigée par un autrichien : Auguste Zang. C’est lui qui va véritablement apporter à Paris la mode des viennoiseries, comme l’atteste l’historien culinaire Jim Chevalier, dans son livre « August Zang and the French Croissant : How Viennoiserie Came to France ».

Ces pâtisseries viennoises sont à l’époque faites avec de la pâte à brioche, et on retrouve parmi elles le fameux croissant autrichien (Kipferl, qui deviendra notre croissant), le pain empereur (Kaisersemmel) et même un croissant fourré au chocolat (Schokoladencroissant).

August Zang croissant chocolatine pain au chocolat
August Zang, l’importateur des « Schokoladencroissant » (« Chocolatine ») en France

Vous allez me dire, ça ne nous avance pas beaucoup sur le nom du pain au chocolat pas vrai ? Eh bien si ! L’hypothèse la plus probable de l’origine du nom « chocolatine » viendrait justement de cet autrichien. L’entendant vendre des « Schokoladencroissant » avec son accent autrichien, les français auraient progressivement transformé le mot en « Chocolatine » (Schokoladen – Chocolatine, vous-voyez ?). Il y a une hypothèse qui veut que « Chocolatine » soit d’origine anglaise, mais elle est fausse (voir à la fin de l’article pour plus d’infos). Pour les boulangers autrichiens, le « pain au chocolat » évoque tout autre chose, c’est le Schokoladebrot, qui ressemble plus à un cake au chocolat.

Il est donc probable que le premier terme pour désigner une viennoiserie fourrée au chocolat ait été « Chocolatine », à cause de cette déformation linguistique. Et c’est d’ailleurs plutôt logique puisque la particularité de cette viennoiserie est surtout d’être au chocolat (elle a d’ailleurs vite perdu sa forme de croissant). Quand au terme « pain au chocolat » il serait plus récent. D’après Nicolas Berger, auteur d’une encyclopédie du chocolat (Chocolat, mots et gestes) publié aux éditions Alain Ducasse, le mot pain au chocolat désignait à l’origine un morceau de pain dans lequel on fourrait un bout de chocolat pour le goûter des écoliers. Lorsque les viennoiseries ont été reprises et réinterprétée par les pâtissiers français au début du XXème siècle, en utilisant notamment de la pâte levée feuilletée, certains auraient repris ce terme. Progressivement, l’utilisation du mot d’origine « chocolatine »  n’a été conservée que dans le Sud-Ouest, à cause de sa proximité avec des mots occitans.

Mais l’original était bien chocolatine !

Chocolatine 1 – Pain au chocolat 1

Quel est le terme technique : pain au chocolat, ou chocolatine ?

Essayons maintenant de comprendre quel est le terme technique le plus adéquat. On sait qu’aujourd’hui dans les écoles de pâtisseries, on parle de « pain au chocolat ». Il semblerait donc que le vrai terme technique soit celui-là. Vraiment ? Dans la pâtisserie française traditionnelle, et ce depuis Antonin Carême et son Traité élémentaire et pratique de la pâtisserie moderne et ancienne, on appelle « petit pain » ou « pain » toutes les pâtes fourrées. Ainsi, Antonin Carême appelait même les profiteroles « petits pains », alors que ça n’a rien à voir avec du pain.

Pain viennois au pépites de chocolat
Un pain au chocolat « viennois »

Mais si l’on observe la composition de cette viennoiserie, les choses sont différentes. Ce qu’on appelle « pain » en pâtisserie est en général fabriqué avec de la pâte à pain au lait, ou au mieux de pâte à brioche : c’est le cas du pain au lait ou du pain viennois par exemple. Or le pain au chocolat utilise une pâte levée feuilletée, plus proche de celle qu’on retrouve dans les croissants, les vol-au-vent ou les galettes des rois. Logiquement, on devrait donc dire « pain au chocolat » pour des viennoiseries faites à base de pâte à pain au lait, et employer un autre terme pour désigner celle faite avec de la pâte levée feuilletée. Une raison donc de revenir au terme initial « Chocolatine ».

Chocolatine 2 – Pain au chocolat 1

Emploie-t-on le terme pain au chocolat ou chocolatine à l’étranger ?

Puisque les viennoiseries s’exportent partout dans le monde, on peut aussi trancher en voyant comment les étrangers en parlent. On sait qu’au Canada, via le Québec, on dit plutôt chocolatine. Dans les pays germanophone, on emploie plus volontiers le terme « Schokoladencroissant ». Dans les pays anglophones, notamment les USA, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, on dit « chocolate croissant », notamment dans les grandes enseignes comme Starbucks. En Espagne un équivalent local est vendu sous le nom « Napoletanas », et au Mexique et en Amérique Latine, quand on en trouve, on parle de chocolatine. Sinon, un peu partout on trouve le terme « pain au chocolat » directement en français sans le traduire. Pas de réponse franche à la question donc …

Les "chocolate croissant" de chez Starbucks
Les « chocolate croissant » de chez Starbucks

Mais le problème, c’est que sur le plan lingustique, le mot pain au chocolat n’a pas de logique. Il introduit d’ailleurs une confusion pour beaucoup d’étrangers. Quand on traduit « pain au chocolat » dans ces langues, ça évoque plus un cake ou un pain qu’une viennoiserie. La preuve, c’est que Starbucks par exemple sur son site web est même obligé d’expliquer la traduction de nos « chocolate bread »…

On est les seuls dans le monde à utiliser ce non-sens : parler d’un pain pour un truc qui n’a rien à voir avec du pain. C’est ni de la pâte à pain au lait, ni de la pâte à pain, ni même de la pâte à pain d’épice ! Pourquoi on parle de pain bordel ? Alors que chocolatine c’est un terme unique, norme terme à nous, le terme originel ! On peut donc donner 1 point à pain au chocolat car c’est un terme un peu plus connu à l’étranger (et encore, pas partout), mais 1 point à chocolatine car le « pain au chocolat » ne veut rien dire, et parce qu’il porte à confusion à l’étranger, au point qu’ils doivent dire « chocolate croissant » pour s’y retrouver…

Chocolatine 3 – Pain au chocolat 2

Conclusion : pourquoi il faudrait dire chocolatine ?

C’est clair non ? A l’origine, c’était chocolatine, le terme chocolatine est plus pertinent du point de vue culinaire, plus logique et en plus, pain au chocolat pour une viennoiserie, ça n’a aucun sens.

Donc oui, oui amis nordistes, vous êtes majoritaires et tout ça, presque partout en France on dit pain au chocolat, et on apprend même ça dans les écoles de pâtisserie. Oui, les sudistes sont presque seuls dans leur combat pour la chocolatine, mais historiquement, logiquement, culinairement parlant, ils ont raison. Et puis, Galilée aussi était seul quand il disait que la Terre tournait autour du soleil.

Voilà le débat enfin tranché : on devrait dire chocolatine, mais on va pas faire changer 40 millions de personnes comme ça, pas vrai ? Surtout qu’il reste la question du pain au raisin, qui lui non plus ne devrait pas s’appeler comme ça. Chez moi on appelle ça un escargot, et chez vous ?

 

PS : Pourquoi l’hypothèse « Chocolate-in » est fausse

Une hypothèse circule sur le net, disant que le mot chocolatine viendrait de l’Anglais « chocolate in ». Ca viendrait de l’époque ou l’Aquitaine était anglaise, et où les anglais demandaient du « chocolat dans du pain » (chocolate in bread), qui serait devenu chocolatine dans le Sud-Ouest. Ok, l’hypothèse est marrante… Mais aussi complètement fausse.

En effet, l’Aquitaine a bien été possession anglaise pendant une période (en gros, du mariage d’Aliénor d’Aquitaine avec le roi d’Angleterre jusqu’à la Bataille de Castillon en 1453 ou ils sont « boutés hors de France »). Mais à cette époque on ne connait pas trop les pâtisseries-viennoiseries en France. Et surtout, on ne connait absolument pas le chocolat ! Le chocolat est une fève issue d’un arbre américain, inconnu en France à l’époque. Il est découvert en même temps que l’Amérique (en 1492 par Christophe Colomb je vous le rappelle), et n’est ramené en Europe qu’en 1528 dans les bateaux d’Hernan Cortes.

Donc à moins que les Anglais ait eu le pouvoir de voyager dans le temps, il est impossible qu’ils aient pu parler de « chocolate in bread » lorsque la région était à eux. Voilà !


Et pour finir, je vous rappelle que l’essentiel est d’aimer cette viennoiserie, et qu’elle soit bien grasse et de préférence encore chaude. Tout ce débat reste théorique au fond, alors il faut le prendre à la rigolade ! Surtout qu’on ne saura probablement jamais la vérité sur l’origine de ces deux noms, à moins qu’un grand historien décide de se pencher à fond sur la question ! Alors, rigolez et mangez ! (et n’oubliez pas que sur ce blog, il y a aussi plein de super recettes et notamment la VRAIE recette des canelés Bordelais, une sublime recette de Lasagnes à l’Italienne, ou encore les meilleures tagliatelles à la Carbonara du monde. Je dis ça, je dis rien)

Gourmets, partagez cet article !
Share on Facebook22.7kPin on Pinterest9Tweet about this on TwitterShare on Google+0

293 Réponses

  1. Bonjour,

    étant bordelaise, je suis très contente d’avoir enfin quelques réponses (et un appui dans mon combat pour la chocolatine ! ^^).
    On m’avait raconté que le nom de Chocolatine venait aussi du fait que l’Aquitaine a été anglaise. Et les anglais appelaient ces viennoiseries « chocolate for teens », qui après quelques contractions et une francisation sont devenues les actuelles « chocolatines ».
    Cette explication m’a toujours paru valable : mythe ou réalité ?

    • Pas valable ! Merci de votre commentaire, ça m’a permis de compléter mon article. Je pensais que cette hypothèse était reconnue comme fausse mais apparemment non car beaucoup m’ont posé la question sur Facebook.

      J’ai donc rajouté une partie à la fin qui explique pourquoi cette idée est fausse. Lisez !

      • Attention au raccourci entre date du chocolat et occupation anglaise, ce n’est pas si simpliste que ça.

        Même si l’Aquitaine n’était pas anglaise, les habitants eux ne parlaient pas le français (la langue française a été répandu en province qu’après la Révolution Française et via la liberté de la presse). Il y a quand même plusieurs génération d’occupation anglaise qui laisse des traces.

        Nous sommes à cette époque dans une zone où le culte protestant est en place avec des messes en Anglais pour se différencier du latin.

        Le chocolat en France a principalement était introduit via Bayonne vers début 1600 par les liaisons maritime entre Portugal et Amériques….Comment parlait on à cette époque entre les Portugais en France, les Français parlant l’Occitant, le Basque, puis le Gascon…..
        Bref, il n’est pas impossible de l’expression multi culturelle prenne forme dans cette région du sud ouest et a été francisé par la suite. (d’où l’apparition du même terme en Amérique)

        • Intéressant, sauf que : jusqu’au milieu du XIVème siècle, c’était en fait plutôt l’inverse, les Anglais, en Angleterre parlaient français. Après la conquête normande, la langue française (ou l’Anglo Normand) a été langue administrative dans une bonne partie du sud de l’Angleterre, et il est d’ailleurs reconnu que beaucoup de couronnes parlaient la Lingua Franca en Europe à cause de l’influence notamment de la littérature française.

          Il est donc extrêmement peu probable que les populations aquitaines aient parlé anglais jusqu’au milieu du XIVème, sachant qu’en 1372 la plupart des possessions anglaises en Aquitaine ont été reprises. Il faut attendre près de 150 ans entre la fin de la présence anglaise en Aquitaine et le début du commerce du chocolat en Aquitaine. Qui plus est, entre temps il y a en 1530 et quelque le Traité de Villers-Cotterets qui fait du Français la langue officielle partout en France.

          L’influence de l’anglais en Aquitaine en 1600, ça me semble déjà improbable. Sachant qu’en plus les viennoiseries ne seront connues en France que 250 ans plus tard ! Et puis, ça n’explique rien quant à la présence de ce mot à Toulouse.

          En fait, la conservation du mot « chocolatine » dans le Sud-Ouest tiendrait plutôt à la présence d’un mot similaire en occitan.

          • Benoit

            pour répondre à votre première partie seuls les élites (la cour du roi) parlaient les français en Europe les populations locales parlaient l’anglais. hors ceux qui venaient dans la région étaient principalement issues du peuple et non de l’élite donc ils parlaient bien anglais. Et ne sous estimez pas l’influence de l’anglais car suite à Shakespeare vers la fin du XVIeme siècle, l’anglais sera très influent en Europe et y comprend dans le Sud Ouest de la France, le gascon à d’ailleurs lui aussi été influencé par l’anglais à cette époque

          • Couteaux

            Lorsqu’on regarde l’histoire de la langue anglaise, on s’aperçoit d’abord que le vieil anglais parlé par le peuple avant l’apparition de l’anglo normand est plus proche de l’Allemand que de l’anglais actuel. Cette influence là, on peut l’oublier. Ensuite, l’idée que la langue anglaise ait pu avoir une influence sur le nom d’une viennoiserie en 1850 n’a aucun sens !

          • Emmanuel

            D’abord, l’Aquitaine de l’époque d’Aliénor, qui est née à Poitiers, n’est pas celle d’aujourd’hui.
            Ensuite certes, à une époque, une région appelée Aquitaine, a été *possession* anglaise, mais pas *colonie*. Et encore on parle ici de possessions personnelles de certains personnages, acquises souvent par mariage et héritage, et non pas de conquêtes étatiques.
            Donc je ne pense pas qu’il y ait eu à l’époque beaucoup de mouvements de population de l’Angleterre vers l’Aquitaine. S’il y a eu déplacement, ce serait celui d’élites, plus enclines à parler le Français (en tout cas celui de l’époque) que l’Anglais. Richard Coeur de Lion, fils d’Aliénor et roi d’Angleterre ne parlait pas Anglais du tout. En tout cas le peuple d’Aquitaine de l’époque ne parlait pas et n’a jamais parlé l’Anglais. Ni le Français d’ailleurs, ça viendra bien plus tard.
            A mon avis la ville de Bordeaux d’aujourd’hui a été plus influencée par les marchands de vins anglais (à vue de nez à partir du XVIIIè siècle) que par les « occupants » d’avant la guerre de cent ans.
            Donc l’influence anglaise sur le sujet qui nous intéresse ici me semble infondée.
            C’est comme pour le Rugby : je ne crois pas qu’on y joue dans le sud-ouest parce qu’Aliénor s’est remariée un jour avec Henri, fils de Geoffroi d’Anjou, qui n’était pas encore roi d’Angleterre le jour des noces.

            Si je puis me permettre un autre grain de sel : quand j’ai visité Vienne, ce ne sont pas les « viennoiseries » qu’on remarque le plus dans les vitrines :-)

          • Couteaux

            Tout à fait d’acord ! et puis pour pratiquer le rugby, je sais que ce sport date plutôt du début du XIXème, et qu’il s’est d’abord paradoxalement répandu dans le Nord du pays (vers le Havre). Là encore, pourquoi ce sport de génie n’est-il resté réellement implanté que dans le Sud-Ouest ? Mystère. Peut-être est-ce aussi le génie du Sud Ouest de ne garder que les bonnes choses.

          • Fachier

            Benoit, omettez-vous complètement la présence des langues régionales ?
            L’occitan (le gascon, le languedocien, le provençal, auvergnat, alpin et limousin) , le basque ? Beaucoup plus représentées dans ces régions que votre anglais et français. Je vous rappelle que ce n’est qu’avec l’école obligatoire et des mesures discriminatoire envers ces langues que le Français c’est implanté sur l’ensemble du Sud. On a d’ailleurs interdit toute communication en Occitan dans les écoles, inculqué a nos grands-parents que c’était un patois et non pas une langue.
            Par ailleurs, les soldats du Midi dans les tranchées de 1914-1918 parlaient essentiellement Occitan, et il n’était pas rare certains Allemands, leur répondent allègrement dans leur langue de pas « faire chier » qu’ils les comprennent.

            Votre version Benoit, omet donc le peuple. L’histoire c’est le peuple pas juste les 0.1% qui l’ont gouverné.

          • Tintin

            Je ne sais pas si cela peut vous aidez à avancer sur votre débat mais le chocolat est arrivé en europe, tout d’abord sous forme totalement liquide, la premier chocolat à croquer n’arrive qu’au début du XIXème siècle, donc le/la premier(e) pain au chocolat/chocolatine, ne doit pas avoir été créé à une date si éloignée que l’apparition du chocolat à croquer !

          • Couteaux

            Ca confirme bien la théorie de la chocolatine du coup !

          • Jean Paul Boeldieu

            Au seizième sièle et même bien plus tard, dans le nord de la France actuelle, on parlait aussi des langues régionales. À Villers-Cotterêts, il s’agissait du picard. La langue de Paris était le francien et le français n’existait pas. Philippe Auguste s’est exprimé en picard pour autoriser les langues locales dans les actes officiels. Il a fallu que Richelieu fonde la célèbre accadémie pour que le « français » naisse et encore ne s’est-il imposé qu’au vingtième siècle par l’école, l’armée et la télévision.

        • Attention, l’occitan englobe le gascon, elles ne sont pas deux langues différentes. L’occitan est par ailleurs composé entre autres, du gascon, du languedoscien, du provencal.

    • Le sujet pour le prochain article pourrai être sur la différence entre le sud et le sud-ouest de la France, l’auteur du billet ayant des lacunes géographiques (carte à l’appui). 😉

      • Abus de langage ! je plaide coupable ! Comptez « sud ouest » pour chaque « sud » de l’article, et vous y êtes !

        • Ahah, ouais, parce que désolée, mais on n’est pas « nordistes » dans le sud-est ! 😛
          (J’en ai marre qu’on ne considère que le Sud-Ouest dans le Sud ! Pensez un peu à nous, zut ! T_T )

    • Pascal Noguès

      Et de toutes façons, « chocolatine » c’est plus mignon que « pain au chocolat » !

    • Je dirais juste une seul chose .
      Pour arriver a transformer Schokoladen en chocolatines , vous devez tous avoir de la merde dans les oreilles ….
      Car il n y a aucune transformation étymologique possible car aucun son ne se rapproche !

      Faite prononcer ce mot par un allemand et écouté le et dite moi si vous pouvez juste entrevoir le mot chocolatine . La réponse est juste non .. .. ( et si c est oui , aller acheter un sonotones )

      • Bonjour Kaleta,
        Peux-être que l’histoire ne te satisfait pas, mais en tant que philologue germanophone qui plus est, je puis te garantir que c’est justement la première chose que tu entends.
        Ceci dit, vu le ton de cet article qui semble se vouloir amusant et conciliant, je trouve celui de ton commentaire plutôt inadéquat.
        Enfin, lorsque l’on a beaucoup voyagé, on se rend en effet compte qu’il existe une réelle différence entre le pain au chocolat et ka chocolatine. Que cela nous plaise ou non ce sont des recettes de pâtes et des mises en formes différentes. Je pense que les adeptes d’une ou l’autre des appellations pourront s’accorder sur ce point.

      • Pas d’accord ! Étant à moitié allemande moitié française j’ai fait le test avec mon compagnon et la prononciation a l’autrichienne très différente de l’allemande 😉 peut porter à confusion pour un parisien non habitue à ces sons et essayant de s’en rapprocher avec les phonèmes à sa disposition !

      • C’est bon, j’ai fait prononcer ça pas mes collègues allemands. J’ai reconnu les 3 premières syllabes. Comme quoi.

      • Pour info mon grand pere basque ne disait pas le sud mai le sut avec un t bien dur, et en basque le son e se confond souvent avec le son i ( barnean peut s’entendre barnian)
        La transformation de Schokoladen en chocolatine n’est pas si improbable que ca.

    • Bordelais moi aussi depuis 70 ans je ne connais pas l’ origine mais je trouve ce nom mignon et adapté à cette viennoiserie.

    • Who are you? What makes you an expert? N’importe qui peut dire n’importe quoi sur le sujet. Si vous n’êtes pas prêt à inclure votre nom d’auteur, en tant que lecteur, je n’ai aucune raison de vous croire.

    • Je suis du Nord pas de Calais et je dis ni « pain au chocolat » ni « chocolatine » mais je dis un « petit pain » ou encore avec l’accent un »p’tit pain ». On ne saura jamais! Peu importe comment on l’appelle il est toujours aussi bon de toute façon! :’)

  2. J’ai une question moi aussi, pourquoi dirions nous tout comme les anglais ? Nous avons déjà assez de mot qui nous viennent des anglais, sauf que chocolatine est un mot dérivé de « chocolat in » des mots anglais donc arrêtons un peu de tout leurs copier et gardons nos mot français qui se font si rare.

    • Faux ! Je viens de rajouter un chapitre dans mon article qui explique pourquoi cette hypothèse est fausse :)

    • Donc on va répéter pour ceux qui n’écoutaient pas en cours d’histoire, c’est pas possible ! Historiquement, c’est pas possible !

  3. Chez moi aussi on dit escargot, et puis de toute façon cette vienoiserie (escargot) c’est une hérésie ! C’est pas bon !
    Et pour le « pain au lait » ? On devrait pas juste l’appeler pain brioché ? Ya même pas 5% de lait la dedans !
    bref… LONGUE VIE A LA CHOCOLATINE !!

  4. infectedgti

    Ok , on ne peut pas appeler un pain au chocolat car il n’y a pas vraiment de « pain » dans un pain au chocolat.
    Par contre quand vous appelez un pain au raison un « escargot », est ce parce qu’il y a vraiment un escargot dedans?

    • Non mais ça a la forme d’un escargot ! Comme le croissant a la forme d’un croissant ! That’s it !

      • Oui mais avec cette logique le pain a chocolat ressemble vaguement à un pain. Donc si ça marche pour l’escargot ça marche pour le pain au chocolat…

        • Vraiment vaguement alors !! Ma baguette ressemble pas trop à ça moi !

          • Bah ça ressemble à une miche par exemple

          • Delphine

            Un pain ne veut pas dire baguette ! Un pain au chocolat a bien la forme d’une miche de pain un peu carrée… 😉 (D’ailleurs, la baguette est encore plus récente que le pain au chocolat il me semble… Ou équivalent, je sais pas exactement quand elle est inventée ^^)

          • A la différence prêt qu’un pain est différent d’une baguette ! On dit baguette de pain car ça a la forme d’une baguette mais c’est fait avec du pain. Donc l’appellation pain au chocolat tient au même titre qu’escargot pour un pain au raisin si on se base sur la forme. Bien que l’article fut intéressant à lire, on peut rajouter un point au « pain au chocolat » car il possède bien la forme d’un pain donc 3/3, balle au centre. On pourra (je pense), toujours trouver quelque chose à redire pour faire pencher la balance dans un sens ou un autre.

            Par contre, pour le prochain article, ce serait sympa que tu nous expliques pourquoi certaines personnes disent « poche » pour dire sac en plastique !

          • Couteaux

            Bonne question ! En tant que Bordelais j’ai toujours dit un « sac » haha

          • trololol

            Et pour le pain de viande tu l’appelle comment ? car ca ressemble pas a ta baguette ?

          • Couteaux

            Un pain de viande. D’ailleurs y’a du pain dedans. Contrairement à la chocolatine.

          • trololol

            D’autant que dans le temps les pains ressemblé plus a des petites boule de pain, elle s’en rapproche plus. Donc l’escuse de l’apparence de la baguette…

          • trololol

            Si on part de ta  » logique  » ca devrait être de la viande aux pain alors. Non pain de viande.

          • trololol

            Il y a plein d’exemple comme ca! Les pains de glace ? Peu t’on dire qu’il y a du pain dedans ? Ca ce nomme bien pain de glace pourtant ! Es que ca a

          • Couteaux

            Là, on sort du domaine de la pâtisserie ! Rien à voir avec le débat actuel 😉

          • trololol

            Es que ca a voir avec l’apparence de la baguette ? bah non. Es que c’est plus mimi, plus marketing de dire chocolatine ? oui mais c’est pas comme cela que ca ce nomme!

          • trololol

            Bah on parle de terminologie, je suis carrément dans le thèmes =)

      • François

        Le pain au chocolat est appelé ainsi avant-tout du fait de sa forme, c’est un petit pain, et inutile de me parler de ta baguette, la baguette n’est qu’une forme de pain parmi d’autres, il existe de nombreux pains, notamment de campagne de forme rectangulaire et/ou arrondie.. L’article ne fait pas état de l’utilisation de ce mot par extension du fait de sa forme, or c’est un mot utilisé dans de nombreux autres cas que le pain à vocation alimentaire tel que le « pain de savon » ou le « pain dans la gueule » (exemple dont l’envie de mise en pratique sur l’auteur de l’article nait rapidement lors de sa lecture 😉 ), c’est pourtant la principale raison de cette dénomination, en plus du fait que le pain au chocolat est vendu en boulangerie, où l’on vend … du pain ! Je suis toutefois d’accord pour dire que le terme exact devrait être « petit pain de pâte feuilletée au chocolat » mais pour des raisons de simplicité « pain au chocolat » convient très bien et est on ne peut plus logique au regard des éléments précités. On ne peut en revanche pas en dire autant du terme « chocolatine » qui ne veut strictement rien dire. Il ne s’agit que d’un néologisme formé à partir du mot chocolat, or je sais ce qu’est le chocolat mais pas ce qu’est une chocolatine, d’autant plus que vous admettez qu’il s’agit de la défortmation d’un mot provenant d’une autre langue, ce qui pour le coup, enterre définitivement toute légitimité à ce terme, nous avons le vocable nécéssaire pour désigner cette viennoiserie, pourquoi tomber dans un impérialisme sémantique infondé ? En bref, libre à vous d’appeller ça une chocolatine (et de donc de passer pour une belle bande de simplets) mais le pain au chocolat était, est et restera pour nous UN PAIN AU CHOCOLAT, ne vous en déplaise 😉

  5. D’ailleurs pour l’anecdote du « chocolate in », il faut savoir qu’il est d’abord consommé en boisson le chocolat et que ce n’est que vers 1780 en Angleterre que la « pâte de chocolat » est inventée pour fabriquer des boissons chocolatées, des pastilles, des gâteaux, des bonbons et même des préparations médicales (et encore, le chocolat n’en est qu’à ces débuts ! Pas comme les chocolats tels que nous les connaissons aujourd’hui (vers 1845-1850)

  6. De toute façon la langue évolue, beaucoup de mots ont perdu leur sens premier pour prendre un sens plus ou moins différent, et des objets ont changé de nom. Du coup quelque soit l’origine de la chose, aujourd’hui on parle de pain au chocolat, et ça ne changera pas.

    • Ok pour l’origine, mais parler de pain pour un truc qui n’a rien à voir avec du pain, c’est pas logique !

      • Vous le dites pourtant vous-même dans votre texte, la chocolatine initiale (en fait une erreur de prononciation) ne correspondait pas à ce qu’on appelle « pain au chocolat » de nos jours. Cette pâtisserie a été appelée « pain au chocolat » en référence au chocolat qu’on fourrait dans du pain. C’est tout.
        Ensuite un pain au chocolat ne ressemble pas à du pain mais est un « pain » de pâte feuilleté, tout comme le pain est un « pain » de farine.

        • Pas une erreur de prononciation, un mot francisé ! Schokoladen est devenu en français Chocolatine comme Packet-Boat est devenu Paquebot. Ensuite, sa pâte a changé pour devenir une pâte feuilletée au lieu d’une brioche. Et plus tard (début du XXème) on a commencé à l’appeler pain par commodité, mais le terme est erroné sur le plan culinaire !

      • Vous devriez vous interroger sur l’etymologie du mot pain avant de trancher de l’usage abusif de ce terme en pâtisseries. La forme et le fait que ce soit une pâte levée y est certainement pour quelque chose.
        Interrogez Alain Rey linguiste faisant référence en langue française et en langue régionale .

      • couteaux au buché

        Sauf que le pain au chocolat est bien le même type de fabrication qui est la panification « pani>pain » ça vous parle? Occulter tout ce qui n’est pas de votre avis ne vous donnera pas raison. Pour finir ne pas citer vos sources, avec un article partisan au possible (vous êtes de bordeaux tien tien) avec une réécriture de ce dit article pour essayer de « contrer » n’est pas un gage de sérieux au contraire :)

        • Sauf que la pâte de la chocolatine n’est pas travaillée comme une pâte à pain mais comme une pâte à croissant. Pour le reste, toutes mes sources sont dans l’article et elles sont accessibles à tous ceux qui se donneront la peine de ne pas être de mauvaise foi ! Allez sans rancune, je vois que le sujet est sensible pour vous.

  7. bonjour,

    J’ai bien lu votre article qui est intéressant, mais ici en Touraine on est ferme sur l’appellation de cette viennoiserie c’est pain au chocolat.
    Chaque région change l’appellation de certains mets:
    Ici on dira Bourguignon dans le Nord c’est la Carbonnade dans le sud la Daube, alors que c’est les mêmes morceaux de viande et le même temps de cuisson.
    On dis aussi Poule au pot alors que d’autres dirons Poule au riz

    • Ok pas de soucis ! l’article a juste pour but d’expliquer ce qui est le plus logique de dire, mais on peut continuer à dire ce qu’on veut !

    • Bourguignon, Carbonnade, Daube… Même morceaux de viande, même temps de cuisson… Mais il y a tout de même une différence : l’alcool que l’on met dedans ! :)
      Pour le bourguignon on prendra un vin de Bourgogne, alors que pour la Carbonnade on prendra de la bière… Et je ne sais pas pour la Daube, certainement un Vin du Sud, du coup!

    • Sauf qu’un bourguignon est cuit dans du vin rouge, une carbonnade est cuite dans de la bière 😉

  8. C’est dommage, c’est un bon article où on apprend plein de choses, mais un peu gâcher par la subjectivité de l’auteur :
    Au dernier chapitre « Emploie-t-on le terme pain au chocolat ou chocolatine à l’étranger ? », il admet que c’est le « pain au chocolat » qui gagne, mais accorde quand même 1 pt à « chocolatine » à cause de l’étymologie (point abordé dans le chapitre d’avant et pour lequel « chocolatine » a déjà reçu 1 pt).
    Au final, on a donc un 2/2 et le débat reste au statut quo ^^

    • Non il n’y a rien de subjectif ! J’explique : à l’étranger on emploie des mots locaux (Napoletanas, Chocolatine, Schokoladen croissant, chocolate croissant), et aussi, parfois on trouve le terme directement en français pour faire plus chic (voir le commentaire de Pauline au dessus). Mais quand on traduit « pain a chocolat » dans cette langue, on obtient un mot qui ne veut rien dire ! C’est comme si on avait traduit Brownie en « tarte au chocolat » en français ! Donc un point pour chaque car 1) Pain au chocolat est plus connu 2) Chocolatine est plus facile à comprendre et à traduire.

      • Micaschiste

        Malheureusement je suis totalement d’accord avec Aldric sur ce point… ce dernier point accordé en faveur de la chocolatine est un manque d’objectivité évident. Dans le paragraphe sur le terme technique, vous développez l’argument que le terme « pain au chocolat » n’est pas cohérent avec la manière dont est faite cette pâtisserie et donc finalement ne désigne pas techniquement ce à quoi on pourrait s’attendre. Selon cet argumentaire vous choisissez d’accorder un point au terme « chocolatine » malgré le fait (que vous admettez par ailleurs) qu’en école de pâtisserie on parle de « pain au chocolat ». Ce raisonnement peut en effet se tenir même si on pourrait vous objecter que, étant donné que le terme technique consacré est bien « pain au chocolat », il aurait été possible d’accorder, comme dans votre dernier point, un point à chaque camp. Bref, tout reste acceptable jusque là. Cependant dans votre dernier point avant la conclusion vous choisissez d’accorder un point supplémentaire à chocolatine parce que si on traduit « pain au chocolat » dans d’autres langues on obtient « un mot qui ne veut rien dire ». Or, vous l’avez démontrez, en français non plus techniquement ça ne veut rien dire puisque ça ne correspond pas à l’idée du « pain ». Vous prenez donc un seul et même argument pour accorder deux points à l’un des camps sous prétexte que ça « ne veut rien dire » dans différentes langues… … Aussi, tant que la pondération de l’argument de cohérence technique internationale du terme avec l’objet désigné par rapport aux autres arguments n’aura pas été justifié de manière absolue, votre article bien que très intéressant sur de nombreux points pourra être qualifié de subjectif. En lui apportant cette objectivité par une simple mise à égalité des pondérations de vos arguments on trouve donc un score d’égalité de 2/2, ou (en accordant un point pour le terme technique « consacré ») un score de 2/3 en faveur du pain au chocolat.

        • Et non ! ce sont deux arguments différents ! Le premier est « pas de pâte à pain, donc on ne peut pas l’appeler pain » le deuxième est « l’appeler pain créé de la confusion à l’étranger, donc il faut un autre terme ».

          That’s it, mais après, je ne vous empêche pas de continuer à l’appeler comme vous le voulez 😉 c’est un article destiné à être drôle et informatique, pas dogmatique !

          • Micaschiste

            Oui ça ne change rien à la manière que chacun l’appellera, mais le sujet du commentaire c’est le caractère subjectif de votre analyse que vous réfutez 😉 Ce que vous dites c’est que tout ce qui n’est pas constitué de pâte à pain ne devrait pas, selon vous, être appelé « pain ». Pourquoi, si ce n’est pour qu’il n’y ai pas de confusion technique ? Si on suit votre raisonnement il y a un risque de confusion pour les étrangers mais aussi pour les professionnels des métiers de la cuisine donc pour dire la même chose en d’autres termes, il y a un risque de confusion pour ceux qui utilise un langage autre que le français et pour ceux qui utilise un langage technique précis. Dans les deux cas donc cet (et non pas « ces » 😉 ) argument est un argument de compréhension linguistique que vous pondérez en l’utilisant deux fois. Par ailleurs, si on suit votre raisonnement « qui ne contient pas de pâte à pain ne peut être qualifié de pain », que faire des « pains de sels », « pains de glace », « pains de singe », et autres « pains de sucre » qui ne sont pas fait de pâte à pain ? Dans la même logique, serait il imprécis d’utiliser le nom de la « tarte au sucre » sous prétexte qu’il s’agit d’une pâte levée et non d’une pâte à tarte ? Est ce qu’utiliser des termes comme gratte-ciel, cul de poule, cul de sac, virage en épingle à cheveux, marrons chauds, porte feuille, ou lune de miel devrait être moins légitime que leurs équivalents plus long, lourds, et/ou moins imagés sous prétexte qu’ils ne seraient pas compris par la planète entière au premier abord ? A mon avis (et là j’entre en milieu subjectif), c’est justement ça qui fait la force d’une langue. Elle n’a pas besoin d’être précise. Parfois certaines choses semblent illogiques ou sortir de nul part mais ça permet en même temps de s’ouvrir à d’autres cultures en s’interrogeant sur le pourquoi de la chose (c’est d’ailleurs ce que nous faisons en ce moment à une échelle réduite sur le pain au chocolat / la chocolatine)en encouragent les conversations. Pour moi, accepter qu’il y ai des incohérences et en discuter c’est une manière de comprendre que le langage n’est pas qu’un outil commun de communication codifié mais qu’il traduit aussi une certaine poésie commune d’un groupe de gens qui avancent ensemble. Bref je m’emballe un peu d’autant plus qu’en bon alsacien j’appelle ça un « petit-pain au chocolat » donc je ne suis pas directement concerné (même si un partie me plais plus que l’autre :p ), donc pour résumer : 1/ l’article est très bien même si il manque d’objectivité, et 2/ arrêtons de vouloir à tout pris un langage logique au détriment de l’imaginaire 😉

      • Ce que je ne comprends pas c’est le système de point qui contribue à la gueguerre chocolatine / pain au chocolat.
        Dans le titre de l’article il est dit: « enfin la vraie réponse », hors il n’y a qu’un combat entre les deux termes pour donner raison à l’un des deux.
        Et pourtant on a l’origine même qui est Schokoladencroissant, qui veut dire (je ne parle pas autrichien mais ça se devine), croissant au chocolat.
        Le Nord a donné le nom « pain au chocolat » qui n’est pas approprié, et le Sud-Ouest « chocolatine » qui est aussi faux comme le dit l’article vu que ce n’est qu’une mauvaise prononciation et un diminutif de Schokoladencroissant.

        En gros tout le monde a tort et on devrait appeler ça croissant au chocolat, et c’est exactement ce que c’est, un simple croissant avec du chocolat.

        Le système de point est là pour montrer que le terme employé par l’auteur qui est sudiste est le bon.
        Pourtant moi qui suis nordiste pourrait dire que croissant au chocolat devenu pain au chocolat est plus logique.
        Il n’y aura pas de vraie réponse si on ne reste pas impartial.

        Et donc d’après l’article et les recherches faites, la vraie réponse est croissant au chocolat. Et donc tout le monde a tort, sauf les étrangers. On est bien cons en France :)

        • Non, après recherche, le terme n’est ni pain au chocolat (pas de pâte à pain) ni croissant au chocolat (pas un croissant). Après, reste chocoaltine, qui est un « diminutif » comme vous dites, ce qui ne l’empêche pas d’être correct.

          Après, c’est plus pour rire qu’autre chose même si la conclusion reste logique.

    • D’accord avec toi, je trouve ça assez subjectif. « Plus facile à comprendre et à traduire », mouais non. En quoi un mot qui ne signifie rien serait plus facile à comprendre et à traduire ? Rien qu’en France, un grand nombre de personnes ne connait pas la chocolatine. Avant d’arriver dans le sud-ouest de la France, j’ignorais totalement ce qu’était une chocolatine. Et quand, on m’en a proposé une, je m’attendais à une pâtisserie tout en chocolat. Et je ne suis pas la seule dans ce cas. Donc plus facile à comprendre ? Pas sûre.

      • C’est plus facile à comprendre et à traduire pour un étranger, car quand un étranger entend « pain au chocolat » il pense à du pain au chocolat. Pas à une viennoiserie. Le chocolate bread et le schokoladen brot en anglais et allemand sont la preuve de cette confusion.

        • Je ne trouve pas. Mais bon chacun son avis ! De toutes façons, les pains au chocolat / chocolatines ne sont que très peu présent(e)s dans les autres pays.
          Pareil, pour « Quel est le terme technique ? », je ne suis pas d’accord car les chocolatines sont aussi des bonbons (http://embruns.net/logbook/2014/03/11.html).
          On dirait plutôt un avis (bien détaillé) qu’un article objectif. 😉

          • Couteaux

            Si on employait encore le terme pour des bonbons, je serai d’accord avec vous. Dans l’absolu, je ne suis pas pour chocolatine ! Je cherche juste le terme le plus approprié, et pain au chocolat n’est pas approprié !

          • Aenere

            Il n’est pas approprié.. pour vous ! 😉
            Vous ne faites que donner votre avis dans cet article, rien de plus. Et vous le prouvez dans les commentaires…

          • Couteaux

            Bien sûr qu’il n’est pas approprié « pour moi » puisqu’il n’est pas approprié du tout ! Pas de pâte à pain, pas de « pain ». C’est tout ! C’est de la pâtisserie basique ! Pas de pate à tarte, pas de tarte !

        • Je ne suis pas d’accord quand vous dites que les étrangers ne comprennent pas « pain au chocolat » ! Aujourd’hui c’est tellement répandu (y’a quand même des pâtisseries Françaises Outre-Atlantique et ailleurs, il ne faut pas croire !) que maintenant, même si il y a le mot « pain » dedans, ils savent très bien ce que c’est du fait que c’est une Viennoiserie très célèbre et très appréciée. Je comprend que vous tenez à votre « chocolatine » et je respecte ça mais il ne faut pas être de mauvaise fois non plus. Ma belle-sœur est chinoise et quand elle est venue en France, elle savait très bien ce que l’on voulait décrire par pain au chocolat sans que son mari, mon frère, l’ai orienté !

      • Florence Fortuné Ser

        Et moi je ne connaissais pas du tout le terme « pain au chocolat » quand je suis allée dans le nord…

  9. Bonjour, excellent article, merci pour ces précisions à cette éternelle question cela permet d’avoir des arguments. Nous l’avons publié sur notre page. Vive la chocolatine !

  10. Petite correction : pour y avoir travaillé, je sais qu’au Mexique, on emploie le terme « Pain au chocolat », prononcé d’ailleurs avec un accent très chic doublé d’une bouche en cul-de-poule par les populations locales.

  11. Guy Pouzard

    Et comment appeler ces « chocolatine-pain au chocolat » qui contiennent non plus du chocolat, mais du Nutella (pub gratuite) que personnellement je n’aime pas, mais que la boulangerie pose comme alternative à laquelle il me faut toujours répondre….?

    • Des Nutellatines ? De HuileDePalmeTines ? En tout cas il faut boycotter cet infamie !

  12. Damien Girard

    Fier d’être du Sud-Ouest et fier de dire Chocolatine et pas pain au chocolat. Terme que je peux lire dans certaines grandes chaines de vente de viennoiseries et qui fait saigner mes yeux ^^

  13. Enfin ! Encore faut-il que nos amis Nordiste ne plonge pas la tête sous le sable et nous sortent donc « Ce n’est pas possible et sinon pourquoi les pains aux raisins ne s’appellent pas des Raisintines ?  »

    Mais là je suis d’accord. Adoptons la chocolatine et la Raisintine !! :)

    • Les pains au raisin on peut les appeler escargots aussi (à cause de la forme). Sinon je crois que quelque part en France ça s’appelle un Schnek… j’ai lu ça en faisant mes recherches !

  14. Et croissant au chocolat tu appelles ca une Croissantine alors? Et non selon ton article ca s appelait aussi ShokoladenCroissant (merci la langue de Goeth). Donc l Histoire aurait du aussi retenir Shokoladen = Chocolatine (car prononciation linguistique blablabla) donc le 1er et l’unique produit a devoir s appeler ainsi serait le Croissant au chocolat car historiquement il fut le1er importés avec les Autrichiens. Le Pain au chocolat ne fut fabriqué que plus tard on décidera donc de le nommer autrement puisque Shokoladen= Chocolatine était déjà pris.
    Ps: j y vois fortement un complot des illuminatis Sudistes derriere tout ca

    • Il ne faut pas voir cette évolution comme instantanée ! A la base August Zang vendait des croissants au chocolat (Schokoladencroissant), que les gens ont par habitude appelé Chocolatine, et le produit a progressivement changé de forme pour être fait en rectangle (notamment car c’est plus facile pour enrouler les barrettes de chocolat que dans un croissant). Mais ça n’aurait pas du changer son nom, et en tout cas ça ne justifie pas qu’on l’appelle « pain » ! Ce n’est pas parce que la chocolatine n’est plus un croissant qu’elle ne doit plus s’appeler chocolatine. Ce qui lui donne son nom c’est le chocolat, pas sa forme !

      Après c’est vrai que je suis sudiste, mais je promets j’ai aucun lien avec les illuminatis !!

      • Étant de la Lorraine le pain aux raisins se dit aussi schneck

      • Ah…je suis content alors.
        « A la base August Zang vendait des croissants au chocolat (Schokoladencroissant), que les gens ont par habitude appelé Chocolatine ». Donc la Chocolatine est HISTORIQUEMENT et tu le prouves dans ton article…un CROISSANT avec du chocolat et pas la Chocolatine ou Pain au chocolat que nous connaissons actuellement.
        Puisqu’il existe toujours le croissant au chocolat. L’argument qu’il ai changé de forme au fil des siècles n’est pas valable 😀 #Complotiluminati décelé !! 😀

  15. Au moins c’est la Chocolatine qui gagne ! pas vrai Couteaux ? 😉
    End of game bitches !

  16. En fait, aucun des deux termes n’est approprié, un croissant au chocolat, même si la forme est différente, le serait plus, si on parle de technique de viennoiserie…

    • Le terme chocolatine est le plus approprié car il désigne une viennoiserie fourrée au chocolat, il n’a pas la forme d’un croissant, et toutes les viennoiseries feuilletées ne s’appellent pas « croissant ». Allez ! Pas la peine de stresser ! c’est juste des chocolatines !

  17. Bien sûr que les anglais peuvent voyager dans le temps, t’as jamais vu Doctor Who ou quoi ?! 😉

  18. Dit-on une raisine ? Non, on dit pain au raison !
    Dit-on laitine ? Non, on dit pain au lait !

    Dit-on chocolatine ? Non, on dit pain au chocolat !
    :p

    • Le combat est eternel, l’essentiel c’est que l’on apprécie tous cette bonne pâtisserie.

    • héhé bien essayé ! Mais comme je le dis dans l’article, on ne devrait pas dire non plus pain au raisin, car ce n’est pas un pain.

      Si c’est un pain, on dit pain (pain au lait, pain brioché, pain viennois) si ce n’est pas un pain on prend un autre mot (chocolatine, escargot).

      CQFD !

  19. Alex rivrain

    Un article bien documenté mais pas très objectif.
    Si le terme « schokoladencroissant » désigne un croissant fait à partir de pâte à brioche fourré au chocolat. Je vois pas en quoi ça se rapproche plus du pain au chocolat qu’un morceau de pain ordinaire fourré au chocolat. En gros aucun des deux termes ne désignait à l’origine ce qu’est actuellement un pain au chocolat. La question serait de savoir comment a été nommé le premier pain au chocolat tel qu’on le connait.
    Ajoutons à ça le point gracieusement donné parce que « pain au chocolat c’est plus utilisé mais chocolatine ça se traduit mieux » (on s’en fou de la traduction, on a bien traduit candy cloud par barbe à papa et on assume bien). Je pense qu’on peux vite comprendre de quel côté penche l’auteur 😉

    • Ah ben votre commentaire tombe bien ! A l’origine la chocolatine était faite en pâte briochée et en croissant, puis on l’a transformé en rectangle, et on a utilisé de la pâte levée feuilletée (spécialité française). A l’origine le pain au chocolat était un morceau de pain fourré au chocolat (voir Nicolas Berger). Donc à l’origine, c’est bien chocolatine.

      Pour la traduction, on traduit bien « barbe à papa », parce que c’est imaginé, ça représente bien le produit : quelque chose qui ressemble à une grosse barbe. Alors que si on traduit pain au chocolat en anglais, ça donne chocolate bread, et ça ne représente pas du tout une viennoiserie, mais bien du pain. C’est bien pour ça que le point va à Chocolatine ! Il faut un nom qui représente ce qu’on mange !

      • Si ne comprends bien, à l’origine c’était bien un pain qui avait la forme de croissant, qui est passé en pâte feuilletée mais devenu transformé en forme de pain (oui ça fait deux fois « forme » mais c’est pour bien insister.
        Il est où le point pour pain au chocolat là?
        Du coup pourquoi cette théorie ne s’arrêterait QUE sur sa composition ou étymologie, la forme doit être prise en compte aussi, tel un pain de viande que l’on ne s’amuse pas à appeler viandine, ou un pain de savon en savantine ?

        • A l’origine c’est une brioche fourrée au chocolat en forme de croissant, qui a perdu sa forme pour devenir rectangulaire et est devenue une pâte feuilletée. Aucun pain dans cette histoire, donc aucun point pour pain au chocolat ! Tout simplement !

          • DrDré

            Vous collectionnez les points de mauvaises foi ! Vous expliquez que pain désigne à peu prêt tout ce qui a une pâte briochée, ce qui est le cas du Schokoladencroissant de l’origine. Cette viennoiserie a probablement d’abord perdu sa forme (commodité d’insertion des barres de chocolat, puis sa pâte). Mais la première bonne traduction est incontestablement « pain au chocolat » qui fut la terme employé au début… Ensuite, faut-il changer de nom suite à l’abandon de la pâte d’origine pour la pâte feuilletée ?

          • Couteaux

            Justement non ! Le terme employé au début était chocolatine, « pain » est un terme générique employé par Carême mais lui même ne l’utilise pas pour parler des chocolatines. C’est juste que c’est un tic de langage chez les boulangers à cette période d’appeler pain tout et n’importe quoi, au lieu de garder les vrais noms (chocolatine, profiteroles). Ou sinon on doit appeler les profiteroles « pains de choux farcis à la crème » ???

      • Mais si le fait de ne pas être fait avec de la pâte à pain ne lui donne pas le droit de s’appeler « pain au chocolat », en quoi devrait il s’appeler encore chocolatine alors qu’il n’est plus fait de pâte à brioche ?
        😉

  20. Pain au chocolat est tout a fait probable car dit t’on pain au raisin ou raisintine?

    • C’est bien ce que je dis à la fin ! on devrait pas dire pain au raisin non plus 😉

      Mais ça m’empêchera pas de continuer à en acheter.

  21. Donc.
    Si je comprend bien,
    On devrait dire « chocolatine » parce que des putain d’analphabète on déformé le vrai nom d’une viennoiserie?
    Perso je préfère utiliser des mots qui font parti de la langue française plutôt qu’un terme inventé :p
    PS : J’adore ce débat, j’ai une amie bordelaise que je fais chier avec ça !! :)

    • héhé ! mais nooon c’est pas ça ! Ils étaient pas analphabètes, ils ont juste « francisé » un mot allemand ! C’est comme le mot « Paquebot » en français, ça vient de l’anglais « Packet-boat », on l’a juste un peu transformé héhé. Pourquoi vous voulez pas utiliser « Packet-boat » pas vrai ?

      Allez, convertissez-vous ça vaut mieux ! 😉

  22. Je m’inscris en faux, ayant vécu 20 ans à Limoges, je peux vous assurer qu’on y dit bien chocolatine ! La carte est à revoir, la zone chocolatine est plus large !

  23. Quel article détaillé! C’est vrai que c’est un débat qui fait rage (façon de parler) en France!
    Par contre en Belgique, on dit « pain au chocolat »! Je n’ai jamais entendu dire « couque au chocolat » :p
    Bonne journée!

    • Ah j’ai un bout de belle-famille en Belgique qui dit Couque ! Mais ça doit dépendre des régions, le débat fait rage sur facebook lol !

      • J’adore ce débat chocolatine/pain au chocolat. En Belgique on dit couque au chocolat ça je peux vous l’assurer. Du moins sur Bruxelles. Nous avons des couques de toutes sortes: couques aux raisins (vos pains aux raisins ou vos escargots ou Schnek), couques suisses (ça par contre pas sûre que vous ayez ça en France), couques au beurre (aurait pu être un croissant mais avec une forme différente), couques rondes, etc… Allez voir sur Google image pour avoir un meilleure idée.

  24. Je resterais fidèle au Pain au chocolat. Aucun français ne peut être objectif devant ce débat brulant!

  25. Cette apologie indécente d’un nom maudit. No Pasaran !

  26. Je découvre à l’instant que chocolatine pourrait venir de l’anglais pour « chocolate-in », ce qui peut faire sens d’autant plus que votre argumentaire sur le départ des anglais d’Aquitaine en 1453 n’est pas forcément correct. Une forte colonie anglaise est resté implantée dans la région bordelaise bien après cette date, celle-là même qui a implanté le rugby à bordeaux puis à peu près dans toute cette région où l’on dit chocolatine si je ne fais pas erreur. Je n’argumente donc pas pour la théorie du « chocolate-in » mais simplement pour vous dire que votre argument n’est pas suffisant pour écarter cette possibilité.
    Cordialement,
    Cris Kreuzer

    • Certes mais comme je le dis dans un autre commentaire, en 1830 quand les viennoiseries débarquent en France, il n’y a aucune trace d’anglais où que ce soit en Aquitaine, et la langue française est implantée depuis bien longtemps (voir les discours des Girondins pendant la Révolution). Impossible donc que l’anglais ait pu avoir une influence sur le nom d’une viennoiserie à cette période !

      • Faux Pau était un des lieux de villégiature anglaise!
        Comme toute la région Aquitaine!

  27. PAQUET Thomas

    bonjour, pour vous l’épiphanie se célèbre avec une brioche ronde avec fruits confis, ou une frangipane.

  28. Chez moi (Hérault), on disait plutôt « croissant au chocolat ». Faux pour la forme, mais plus juste et plus précis que les autres appellations puisque c’est de la pâte à croissants.

  29. Article qui se plante dans les grandes largeurs, mais alors de manière assez monstrueuse :

    1) l’opposition ne se résume absolument pas à « chocolatine » vs « pain au chocolat », car on trouve aussi « couque au chocolat » influencé par le néerlandais « kock », qui signifie « gâteau », « petit pain », voire « petit pain au chocolat » ;

    2) il n’y a pas d’ancienneté entre « chocolatine » et « pain au chocolat », les deux termes sont employés depuis le début du XIXème siècle… pour désigner à chaque fois autre chose que la pâtisserie en question ; c’est seulement à partir des années 1860 que, de manière à peu près simultanée, les deux termes se sont référés à cette viennoiserie ; en fait, il est très probable que la seule antériorité soit la forme « croissant au chocolat », traduit directement de l’autrichien « Schokoladencroissant » par les premiers boulangers viennois et qui persiste aujourd’hui encore dans les premiers territoires d’implantation de la viennoiserie en France ;

    3) le seul terme technique acceptable est… « croissant au chocolat » ; l’utilisation du terme « pain » provient du fait qu’avant l’utilisation d’une pâte feuilletée levée pour la fabrication de cette viennoiserie, c’était bien une pâte briochée qui était utilisée, à l’instar de la préparation traditionnelle à Vienne ; c’est bien en France qu’a été inventé l’usage qui veut qu’on utilise une pâte feuilletée levée pour le « croissant au chocolat » comme d’ailleurs pour l’ensemble des viennoiseries, qui utilisaient une pâte briochée ; techniquement parlant, donc, les viennoiseries étaient bien, à l’origine, des pains, et plus précisément des pains briochés, mais à Vienne, on désignait ces pâtisserie par le terme « croissant » ; donc au final, le seul moyen d’avoir une désignation constante en pâtisserie est l’utilisation du terme « croissant », à l’origine un pain brioché qui est devenu une pâtisserie à pâte feuilletée levée ;

    4) aussi bien « pain au chocolat » que « chocolatine » sont quasi absents hors de l’espace francophone à l’étranger, et au sein de l’espace francophone hors de France, les choses sont partagées, puisque par exemple on trouve plus fréquemment « chocolatine » sur le continent américain – notamment au Québec – et « pain au chocolat » sur le continent africain ; partout ailleurs, la désignation utilise le terme « croissant au chocolat » quand la pâtisserie en question est présente de longue date dans le patrimoine culinaire, ou bien « pain au chocolat », par influence culinaire française, quand elle est arrivée tardivement ;

    Donc au final, il n’y a pas de gagnant entre « pain au chocolat » et « chocolatine ». C’est « croissant au chocolat » qui l’emporte sur presque tous les critères mentionnés dans l’article, étant donné qu’il détient l’ancienneté, la précision technique et l’usage à l’étranger, et « pain au chocolat » et « chocolatine » sont des usages historiques dont retracer l’origine et le parcours ne permet pas de les départager.

    • En gros l’article se plante mais vous dites la même chose que lui.

      1) c’est dit dans l’article, et ce n’est pas le débat

      2) Nicolas Berger affirme qu’au départ Pain au chocolat désignait un morceau de pain avec du chocolat, j’attends votre source pour infirmer son expertise.

      3) Croissant au chocolat serait acceptable si la chocolatine était un croissant. Or elle ne l’est pas. A Vienne, les seuls pâtisseries qui ont jamais été appelés croissants étaient les Kipferl (voir Jim Chevalier)

      4) L’espace francophone à l’étranger se résume à Québec (Chocolatine) Belgique (Cougne) Suisse (on y fait des viennoiseries appelées « Suisse » qui sont des pains au lait au chocolat), et à l’Afrique. C’est d’ailleurs au Québec qu’on retrouve le plus de mots du français ancien (attestant de l’antériorité du mot chocolatine)

      Donc au final, croissant au chocolat ne marche pas (pas un croissant) pain au chocolat ne marche pas (pas un pain), chocolatine est plus ancien, et il marche.

  30. Je trouve quand même l’article très orienté en faveur de la chocolatine donc pas forcément objectif à 100% . Après c’est depuis que je vis sur Toulouse que j’ai découvert ce grand débat existentiel, parce que dans ma région d’origine où l’on dit pain au chocolat, les gens s’en fiche un peu de l’appellation qu’on lui donne. Dans le sud-ouest par contre, c’est tout une histoire si l’on a le malheur de prononcer le terme pain au chocolat. Je reste fidèle au pain au chocolat même si je risque ma vie en vivant en Haute-Garonne :p

  31. Sylvain-Alexis Gzyl

    Votre défaite, sudistes, a le doux goût du pain au chocolat justement beurré dans la bouche. Désuet et désaimé, le terme de chocolatine, avec ses consonances immatures terminera son existence dans les oubliettes du vocabulaire. Votre agonie sera longue, vous la ressentirez injuste, ce qui la rendra meilleure encore.

    PAIN AU CHOCOLAT VAINCRA !

  32. la carte est fausse, car en Limousin on dit aussi chocolatine

  33. « pain au chocolat pour une viennoiserie, ça n’a aucun sens. »

    Pain au raisin. Viennoiserie.

    Merci !
    Au revoir !

    • Avez-vous lu l’article jusqu’au bout ? Le pain au raisin devrait s’appeler Escargot ! De rien, au revoir !

      • Oui je connais le Schneck, mais on est bien d’accord que tout le monde dit « pain au raisin » ? Donc pas la peine de faire votre révolution dans votre coin.
        « Pain au chocolat » restera « pain au chocolat » pour la majorité c’est tout !

        Allez, bisous.

        • Tout le monde se trompe ! Mais c’est pas très grave c’est que de la bouffe, l’essentiel c’est que ça soit bon

  34. Comment faire confiance à une région où l’on dit « embaucher/débaucher » pour dire qu’on commence ou finit à telle heure. On l’on dit « gavé » pour beaucoup/trop, « ça daille » lorsque ça craint, une « poche » pour un sac plastique ou même « avoir la quinte » lorsqu’on est frustré. Vous avez peut-être, j’ai bien dis « peut-être », raison sur l’histoire de cette fameuse viennoiserie que je continuerai toute ma vie à appeler « pain au chocolat ». Cependant, il n’y a aucune crédibilité à ce débat de votre part, vu toutes vos expressions que seuls vous connaissez. Nous mettons donc, votre mot « chocolatine » avec toutes vos autres termes et expressions.

    (Il est vrai que j’ai surtout visé la région bordelaise avec ses expressions, mais je n’ai eu des confrontations qu’avec eux).

    Cordialement,

    PS: Vous aurez compris que tout cela n’était pas sérieux (même si je le pense quand même ahah)

  35. Comment faire confiance à une région où l’on dit « embaucher/débaucher » pour dire qu’on commence ou finit à telle heure. On l’on dit « gavé » pour beaucoup/trop, « ça daille » lorsque ça craint, une « poche » pour un sac plastique ou même « avoir la quinte » lorsqu’on est frustré. Vous avez peut-être, j’ai bien dis « peut-être », raison sur l’histoire de cette fameuse viennoiserie que je continuerai toute ma vie à appeler « pain au chocolat ». Cependant, il n’y a aucune crédibilité à ce débat de votre part, vu toutes vos expressions que seuls vous connaissez. Nous mettons donc, votre mot « chocolatine » avec toutes vos autres termes et expressions.

    (Il est vrai que j’ai surtout visé la région bordelaise avec ses expressions, mais je n’ai eu des confrontations qu’avec eux).

    Cordialement

    PS: Vous aurez compris que tout cela n’était pas sérieux (même si je le pense quand même ahah)

    • Eh oui on devrait dire chocolatine, mais ça ne veut pas dire que la majorité ne va pas continuer à l’appeler pain au chocolat ! Bon app et bonne chocolatine !

  36. Bonjour, êtes vous sure qu’au Québec ce soit le mot « chocolatine » qui soit répandu ? Je me pose la question de la véracité de cette information car mon frère qui y a vécu 6 ans (Montréal) ne connaissait pas ce mot, mot que moi même j’ai découvert en m’installant sur Toulouse.

    • Sûr et certain. J’ai vécu longtemps là bas aussi, et surtout il suffit d’aller voir sur les forums québecois pour s’en rendre compte ! Peut-être votre frère préférait les poutines et n’avait plus de place pour des viennoiseries ?!

    • Je confirme, je suis Québécois et le terme CHOCOLATINE est TOUJOURS utilisé.
      Jamais pain au chocolat n’est employé.

  37. Etant pâtissier de métier il y a juste une chose sur lequel je ne suis pas d’accord dans cet article:
    « Or le pain au chocolat utilise une pâte feuilletée, celle qu’on retrouve dans les croissants, les vol-au-vent ou les galettes des rois. »

    Ceci est faux ! En effet comme dit plus haut, la viennoiserie est une pâte feuilleté levée (ou pâte à croissant), pour les galettes et les vol-au-vent on utilise de la pâte feuilletée classique.

    La différence entre les deux ? elle est au niveau des ingrédients:
    -Une pâte feuilletée classique est composée de farine, d’eau, de beurre, un peu de sucre et de sel (pour la coloration et la conservation).

    -Une pâte feuilletée levée s’apparente plus à du pain au lait ou de la brioche puisqu’on y trouve: de la farine, de l’eau (et/ou du lait), de la levure (d’ou le terme levée), du sucre et du sel (toujours pareil pour la coloration et la conservation, bien qu’on y mette plus de sucre que dans la précédente) on peut aussi éventuellement y rajouter des oeufs.

    La préparation est la même pour ces deux pâtes mais les ingrédients sont fondamentalement différents.
    Comme je l’ai dit la pâte à croissant s’apparente plus à du pain au lait ou de la brioche (en plus compacte, la brioche est assez « molle ») avant tourage.

    Sinon pour le reste de l’article c’est plutôt sympa, je suis pas du sud ouest mais j’ai l’habitude d’entendre chocolatine et cette petite gueguerre bon enfant est assez amusante :)

    • Mais le tourage fait toute la différence non ? Imaginez tourer une pate à pain… sans beurre… ! haha et tant que vous êtes là, vous voulez pas jeter un oeil à mes pâtisseries maisons pour que j’ai un avis ?

      • Le tourage fait la différence au même titre que la levure,le lait et les oeufs et cette pâte à croissant n’a strictement rien à voir avec celle utilisée pour les vol-au-vent et les galettes !
        Quant à la dénomination Pain, elle ne vient pas du type de pâte mais de la forme que l’on donne à cette pâte, on dit bien un pain de beurre, un pain de sucre, un pain de levure et j’en passe, et pourtant tout ceci n’est pas de la pâte c’est juste un « bloc » en général de forme carrée (et j’insiste bien sur le en général).
        Donc le type de pâte n’a strictement rien à voir avec le « pain ».
        Un pain (NB: une grosse baguette de 400gr s’appelle un pain) c’est de la pâte à pain, et pourtant ça n’en a pas la forme, donc le pain au chocolat (tout comme le pain au raisin), ont tout autant le droit de se faire appeler ainsi !

        • C’est bizarre, l’argument de Aoshi017 défait tout ce qu’a bien pu dire l’auteur de cet article en deux trois explications concrètes et il se borne malgré tout à dire que le bon terme reste chocolatine sans admettre qu’il peut se tromper! C’est drôle, et après c’est censé être un article objectif, mais qui se refuse à entendre les contre-arguments qui sont, en l’occurrence, clairs et nets!
          Je n’avais jamais entendu parlé de chocolatine avant d’aller vivre en Gironde, donc je ne m’étais jamais posée la question auparavant..Mais quand on reprend la « logique » de cet article je ne suis pas trop.
          Schokoladencroissant, désigne donc un croissant fourré au chocolat, qui à la base était faite avec une pâte briochée donc de pain. La pâte a évolué en pâte feuilletée, ainsi que la forme pour une question pratique. Pour l’instant ok. Mais si le problème c’est une question historique, que chocolatine est un terme francisé de Schokoladencroissant, soit, mais historiquement, la pâte était une pâte briochée, donc on devrait avoir le droit de dire pain, et historiquement, Schokoladencroissant, c’est une viennoiserie en forme de croissant, mais sa forme a évolué aussi, donc on ne devrait plus dire ce mot pour un produit qui n’a plus cette forme, et chocolatine ça reviendrait à dire « croissant au chocolat », hors ce n’est pas un croissant. Je pense que le seul argument valable c’est celui de Aoshi017 qui explique toute la différence.
          Et puis, franchement, accordé un point parce que dans les autres langues « pain au chocolat » n’a pas de sens est ridicule ! Si c’est un terme français, normal de l’adapté autrement dans sa propre langue, c’est comme si on traduisait des expressions, des phrases d’une langue différente mot à mot avec la langue française, ça ne serait pas forcément compréhensible, on change les mots, on adapte pour que ça soit « français »
          Et votre argument pour pain aux raisins, qu’on devrait dire, parce que vous, vous l’appelez ainsi « escargot » à cause de sa forme (j’avais jamais entendu non plus) pourquoi ne pas appeler une chocolatine un pain au chocolat, pour sa forme? ^^
          Et puis, le vocabulaire d’il y a plusieurs siècle a évolué, s’est adapté, car le français est une langue vivante, donc on pourrait très bien dire que les mots que nous employons aujourd’hui, ou la manière dont nous les orthographions est fausse parce qu’à l’époque c’était pas comme ça? Voyons…

          • Couteaux

            :) Ca déchaîne les passions visiblement !

            Pour vous la refaire en rapide :

            1) Le terme historique est chocolatine, tournez le dans le sens que vous voulez (« Mais ça c’était avant ! » « Mais avant c’était ci et maintenant c’est ça donc on peut faire ci ») ça ne change rien au fait qu’historiquement c’est le terme original. En d’autre terme, « pain au chocolat » est un néologisme, au même titre que « selfie ». Ca n’empêche pas les gens d’employer ce mot, et même les dictionnaires de l’accepter. Mais ce n’est pas le vrai terme historique. C’est tout ce que je dis.

            2) Techniquement, la chocolatine est faite en pâte feuilletée, pas en pâte à pain. Pas à pâte à pain au lait ni en pâte à pain au levain. Techniquement, c’est un abus de langage comme lorsque l’on dit « en Amérique » pour parler des Etats-Unis. Formellement, c’est faux, mais ça n’empêche pas les gens de l’utiliser. Mais c’est quand même incorrect. Chocolatine n’a absolument rien d’incorrect et n’a rien à voir avec le croissant : il n’y a aucun risque de les confondre.

            3) L’argument de l’international est simplement logique. Saviez-vous que quand on a fondé l’euro, il devait à l’origine être appelé l’écu ? Ce nom n’a pas été choisi parce que sa prononciation est trop proche du mot vache en allemand (Die Kuh). On a choisi de changer le nom pour éviter la confusion linguistique. On pourrait faire la même chose pour la chocolatine qui est un objet hautement culturel et touristiquement important.

            Pour le reste, étymologiquement rien n’indique que la forme d’un pain était carrée. Au contraire elle renvoie plutôt à des pains ronds (tous les pains traditionnels) ou à une masse de forme allongée. Un pain de glace par exemple n’a pas la forme d’une chocolatine. L’escargot en revanche, ressemble à un escargot.

            Mais moi personnellement ça m’est égal ! J’ai écrit cet article pour rire, et tout le monde a le droit de le dire comme il veut, tout le monde peut se tromper ! :)

  38. Ponchel Tristan

    Je trouve intéressant de rappeler que ce sont les juifs portugais fuyant l’inquisition, qui ont amenés le chocolat en France, à Bayonne pour être plus précis. En fait ils sont arrivés en France, ou les juifs n’avaient le droit de pratiquer que très peu de métiers, ils ont alors copiés les recettes d’Espagne, et ont préparés la première pâte à base de cacao française ^^
    cf http://www.cambo-les-bains.info/chocolat.htm

  39. Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine.
    Et 3 croissants SVP.

  40. Sachez que pour enfin trancher la question, quelqu’un à envoyé un courrier à l’académie française ! La réponse de ces dernier est que chacun est libre de l’appeller comme il le souhaite parce que les deux définitions coïncident. Autrement dit sur ce coup tout le monde à raison !

  41. L’argument technique ne devrait pas accorder de point au terme « chocolatine », celui n’étant pas un terme technique.
    Que le terme « pain » soit faux pour une viennoiserie qui s’appelle « pain au chocolat » n’implique pas qu’il est juste pour « chocolatine ».

  42. NON.

  43. Bonjour,
    ce qui me choque c’est que vous ne parlez pas de la langue basque qui fut utilisée longtemps dans la région et ils parlaient de chicolatina, ce qui pourrait donner le nom de chocolatine et justifierait sa localisation géographique.

    • Effectivement, en basque (comme en occitan) il existait déjà des mots proches de « chocolatine » c’est ce qui explique d’ailleurs que le mot soit resté dans cette région et pas dans le reste de la France !

  44. La langue évolue continuellement. Nous appelons telle chose par une dénomination reconnue officiellement, ou non, peu importe, car l’intérêt est de la nommer. « Pain au chocolat » n’est peut-être pas la dénomination exacte historiquement, culinairement parlant, mais reste que c’est l’appellation adoptée par une majorité et ce, depuis très longtemps.
    Si demain, vous vous mettez à appeler un chien un chat, si l’Histoire fait que la majorité vous suit pendant une longue période, les chiens deviendront donc, dans la dénomination, des chats… :)

    Pain au chocolat power <3

  45. Je ne sais pas qu’elle est la vraie réponse, ce que je sais c’est que cet article ne l’a pas non plus.

    Je tiens à préciser que je m’en évente les gonades de savoir si j’utilise la dénomination « officielle » ou non. Je donnerais une point de vue plutôt objectif sur la forme plutôt que sur le fond.

    Votre premier point me conviens, l’idée du : majoritaire donc plus officiel peut apporter un début d’explication. Si beaucoup de monde utilise une expression, (surtout dans différentes régions avec différents patois) il y a plus de chance pour que ce soit l’expression originelle.

    Le deuxième : oui mais il manque quelque chose, bien sûr je n’oublies pas qu’il s’agit ici d’une hypothèse mais j’aurais aimer y trouver le moment ou vous nous parleriez de la migration du mot vers le Sud et de la modification de l’expression au cours des siècles au Nord et notamment sur Paris (qui est censé être le point d’origine). Malgré tout ce point reste probable.

    Troisième point : non. Le commencement d’un paragraphe sur le terme technique dans les écoles de cuisine m’a paru juste. Mais finir sur une interprétation bien personnelle de l’étymologie pâtissière c’était moyen. Si je choisis d’appeler un Vole-au-Vent : « Puit-Feuilleté » serais-je plus dans le vrai car c’est plus en rapport avec sa forme et sa composition ? Non. Que je sois dans le vrai ou non ça s’appelle Vole-au-Vent, c’est son nom, point. On ne peut nommer une pâtisserie par la simple logique sémantique ou pour en signifier la composition. Bien sûr c’est comme cela qu’il aurait fallu faire à l’invention du machin, mais beaucoup trop de nom de pâtisserie ont été attribué en fonction de leurs formes, de leurs origines géographiques, du nom de la fille qui les offre aux pèlerins et autres, que ça ne peut pas être pris en compte ici.

    Quatrième point : Essayer de justifier un mot français en se basant sur des langues étrangères, plait-il ? Chaque pays a sa propre histoire et ses propres modifications de langage au cours du temps, donc l’interrogation sur la légitimité et l’évolution d’un mot français par rapport à sa syntaxe dans d’autre pays n’a rien à faire là.

    Il n’y a qu’un point qui prime pour savoir la dénomination d’une pâtisserie c’est l’historique. Comment le mot a été créer, transformé, pourquoi faire, à quelle heure ? Tout le reste de votre article ne sert qu’à donner du poids à vos convictions sur un sujet populaire.

    Le jour ou quelqu’un saura me trouver l’historique complet de l’évolution du mot à travers les ages, ce jour là j’utiliserais le mot adéquat. En attendant, chacun fait ce qu’il veut, il n’y a pas de bonne réponse.

  46. Pain au chocolat ou chocolatine? Débat difficile et qui ne sert absolument à rien si ce n’est perdre son temps. Aucun argument n’est recevable pour défendre l’un ou l’autre vu l’évolution que peuvent prendre les mots et les noms. En bref, vous qui défendez l’une ou l’autre de ces appellations, vous ne servez à rien. Vive les croissants.

    • Alors je peux me tromper hein, mais j’ai comme l’impression qu’il y a toute une partie humoristique du sujet qui est passée à la trappe dans ce commentaire.

  47. Bonjour, Je me souviens que gamine nous avions un boulanger qui vendait des pains au chocolat (une sorte de coque pain avec du chocolat à l’intérieur) et des chocolatines !!
    2 choses totalement différentes.

  48. Aucune impartialité… Quel chauvinisme ! Mais bon on pardonne :)

    Mais comme dit le proverbe : La Majorité à toujours raison, 11 imabéciles d’un côté,10 philosophes de l’autre, les imbéciles gagneront forcément  » :)

    Donc Pain au chocolat et Pain aux raisins et puis c’est tout !

  49. Sauf que si on s’en fit au non initial, Schokolade Croissant, se dernier signifie littéralement croissant au chocolat, donc Chocolatine serait une mauvaise interprétation du nom, et le pain au chocolat, qui l’adaptation du Schokolade Croissant mais en forme de pain (attention, un pain, pas une baguette, c’est diiférent), donc un Schokolade pain, un pain au chocolat !

  50. Admettons que le nom « chocolatine » soit un dérivé de l’Autrichien schokoladen qui se prononce « chocoladeun »

    Pourquoi sur des territoires comme l’Alsace/ Lorraine ou des territoires proches de l’Allemagne Autriche ce soit le mot Pain au chocolat qui l’emporte! Et que le soit disant « vrai nom » soit celui utilisé à l’opposé du lieux de création de cette viennoiserie à la Française et dans la région de villégiature des Anglais (Pau entre autre entre 1830 et 19)1

    • Simple ! En occitan (langue du Sud Ouest) on utilise des mots proches (suffixe en -in), ce qui fait que le mot originel est resté alors qu’il a disparu à l’usage face à pain au chocolat dans le reste de la France.

      • Donc c »est ça c’est en Occitan et nul par ailleurs!
        ils ont dérivés Schokoladen -> chocolatS et ont mis un « -in » derrière c’est bien un régionalisme!

      • C’est donc pour ça que ça n’est utilisé que dans le Sud-Ouest! La ou l’Occitan a été parlé!
        Ça ne prouve en rien le fait que ce soit son « VRAI » nom!

        Comment son créateur après la 2nde guerre mondiale l’a t-il baptisé une fois que cette viennoiserie à vraiment pris la forme qu’on lui connait aujourd’hui!? Je penses que la réponse est donnée par les boulangers et le pain au chocolat tiens son nom juste de son origine! A la base c’était juste du pain avec du chocolat qu’on a amélioré et qu’on a rendu plus savoureux!

        • Et après vérification avec la famille de München, mes différents dico et prof d’allemand, le mot « croissant » est apparu dans la langue allemande et autrichienne suite à la création en France du croissant! Et pas en référence comme nous à la forme de la lune!
          Donc l’hypothèse du « schokoladen croissant » en référence pour donner le nom ne fonctionne pas! Puisqu’il a été « créé » après la viennoiserie française qui portait un nom français « le croissant aux chocolats ». Ils ont juste pu traduire chocolat mais mas croissant car ça n’existait pas jusque la pour eux ils ont gardé le nom français!

          Après pourquoi pas le -in à la fin sous influence occitane mais du coup c’est juste un terme régional et rien d’autre! Et en plus c’est pas malin de leur part ça veut dire chocolat ça a encore moins de sens que pain au chocolat

          • Couteaux

            Le mot « Schokoladen Croissant » viendrait de August Zang lui même, car il vendait ses Kipferl en France et avait besoin de le traduire en fait !

      • Oui croissant aux chocolats avec une pâte type pain au lait façonné en forme de croissant avec du chocolat à l’intérieur!!!!
        C’est les KIPFERL les croissant croissant…. Mais le pain au chocolat est très loin des KIPFERL! Vous le dites vous même! l’un est une pâte feuilletée l’autre plutôt pain au lait (ici aussi on fait un peu un raccourci mais ça n’est pas bien grave!)
        Sa forme actuelle (sous forme de « pâte feulletée ») c’est Nicolas Berger après la Seconde Guerre mondiale qui l’a créé et qui l’a baptisé pain au chocolat….!!!!

        • Nicolas Berger a à peine 50 ans, je doute qu’il ait pu inventer le pain au chocolat « après la seconde guerre mondiale ». Il faut pas dire n’importe quoi juste pour justifier l’injustifiable !

  51. Et quand on veut taper un bordelais on lui propose un pain dans la gueule ou une gueulatine ?

  52. Il faut quand même rappeler que si le pain au chocolat représente environ 40 000 000 de français, la chocolatine n’est pas en reste avec un peu plus de 26 000 000 de français (hors-québec).

    On est sur du 60/40. Donc écrasante majorité, pas vraiment. C’est ce qui ressort de la carte sur le plan territorial, mais sur certains départements, si on entre dans le détail, on est sur 50/50.

    ‘Fin bref, c’est un éternel débat. Même le jour où l’Académie Française choisira un terme officiel pour cette viennoiserie, le débat continuera. C’est ainsi…C’est la France et les français.

    • Après, j’ai dit 40 millions, c’est au pif, moi j’en sais rien j’ai pas compté ! Mais vu que Bordeaux est la ville la plus attractive de France, progressivement le ratio va être en faveur de la choco !

    • Alors le Sud Ouest représente 6.2 Millions d’habitants ( Aquitaine+ Midi Pyrénées) et le Quebec 8.2 Millions.

      On est quand même loin des 26 M. qui disent chocolatines, et pour la France, cela représente que 8 % de la population. On est loin de voir Bordeaux au centre du monde…..

      Cela viendrait donc à dire que seule 8 % de la population française sait parler français et ils sont tous dans le sud Ouest…. ouais ouais ouais

      Sachant qu’en plus il y a énormément de non Sudiste qui vivent dans ces régions et qui disent pain au chocolat

      Un pain au chocolat est un pain au chocolat et un pain au raisin est un pain au raisin.

      Mais bon j’ai quand même hâte d’avoir la prochaine explication concernant les sacs plastique qui devraient s’appeler une « poche » et non un sac, ça risque d’être épique et encore un grand moment de mauvaises fois

  53. Merci d’apporter des arguments à ce débat qui nous tient en haleine depuis des années moi, lyonnaise, et mes amis du Sud-Ouest ; je suis pain au chocolat, ils sont chocolatine mais on s’aime quand même 😉

    Je vous soumets un autre défi :
    départager bugnes, merveilles et oreillettes. J’ai hâte de vous lire !

    Et rappel aux grincheux : qu’importe le nom pourvu qu’on ait le goût
    (extrapolation libre de la célèbre citation d’Alfred de Musset)

    • Challenge accepted ! Mais n’ayant aucune connaissance dans le domaine il va falloir que je passe du temps à la bibliothèque !

      • Pas de souci, je saurais être patiente. Pour info j’ai ce débat avec les mêmes amis (oui on parle beaucoup cuisine !) , il s’agit également d’un clivage régional Lyon « bugnes »/Bordeaux « merveilles », pour « oreillettes » il est utilisé par d’autres personnes sans origine régionale définie. A bientôt !

      • La saison des bugnes bat son plein, ne m’oubliez pas 😉

        • Haha c’est vrai ! Mais je n’ai pas trop eu le temps de me pencher sur la question malheureusement :(

  54. ahah enfin un bon article sur le sujet 😉

    Etant de la région Aquitaine ça me fait bien plaisir !!!

    Léa,

  55. dans le nord c’est un petit sportif

  56. Mais alors pourquoi les termes pain aux raisins serait-il plus admis ?

    • D’accord avec vous, d’ailleurs je le dis dans l’article ! Escargot, pas pain au raisin !

  57. « « pain au chocolat » ne veut rien dire »

    Je dois bien avouer que vous parvenez à démontrer que l’emploi du terme « pain au chocolaté n’est pas logique. Mais qu’ils ne veuille rien dire, tout de même, le sens des mots provient de l’emploi qu’on en fait quand même, et le terme a du sens pour beaucoup de gens…

  58. « « pain au chocolat » ne veut rien dire »

    Je dois bien avouer que vous parvenez à démontrer que l’emploi du terme « pain au chocolat » n’est pas logique. Mais qu’ils ne veuille rien dire, tout de même, le sens des mots provient de l’emploi qu’on en fait quand même, et le terme a du sens pour beaucoup de gens…

  59. La théorie consistant à dire que « Chocolatine » est une deformation de « Schokoladencroissant » ne tiens pas la route ! Pour avoir fais de l’Allemand, la traduction de « Schokoladencroissant » est « Croissant au chocolat », et le croissant au chocolat existe bien et ne ressemble pas à un pain au chocolat ! Alors 2 partout la balle au centre !! lol

  60. Dans ce genre de débats ce qui me révolte surtout c’est de n’avoir d’images de sondage que pour la France et la Corse et pas des Dom et Tom … À la Réunion nous disons pain au chocolat si ça intéresse quelqu’un 😉

  61. Haha, il faut avouer….mais…. ! C’est très français non, de faire des exceptions incompréhensibles ? Par exemple : les mots qui sont masculins au singulier et deviennent féminins au pluriel (un grand orgue, des grandes orgues; un grand amour, de grandes amours..etc…) Au final, ne serait-ce pas vraiment « Pain au chocolat » justement parce que c’est insensé, et que c’est ainsi, une manière très frenchie de récupérer la viennoiserie ?…la langue française et ses exceptions, vous m’en direz tant 😉 (..Personnellement chocolatine je trouve juste le mot pas joli, pas « doux »…même chose pour « Sac » et « Poche »..une poche est pour un pantalon, un sac pour un sac, enfin! revenez à la raison amis du sud ! ;p )

  62. Le terme pain désigne une substance, comestible ou non, dont la forme rappelle la masse d’un pain (exemples : pain de viande, pain de savon). Le pain de sucre, lui, est conique et le pain de glace est un cuboïde. C’est donc le pain au chocolat qui est le plus logique à mon sens! Puisque une chocolatine ne veut rien dire et pourrait être n’importe le nom de n’importe quel dessert viennoiserie ou autres gâteaux au chocolat en tout genre.

  63. Salut,
    En tant qu’espagnol 2 précisions /curiosités. On dit « napolitana de chocolate » (aucune idée du rapport avec les filles de Naples, hehe). La ville en espagnol est bien Nápoles mais on dit napolitano/napolitana pour les habitants.
    Dernière chose, en espagnol le mot « chocolatina » existe mais il est utilisé pour désigner les bonbons de chocolat. Donc pas sûr que la traduction fonctionne chez nous (moi même croyais qu’on me parlait de bonbons en arrivant sur Toulouse). Cela dit je préfère dire chocolatine en français, mais je triche, c’est plus facile à prononcer (en plus à Toulouse en disant juste choco ça passe, hehe)

    • Ahhh ça c’est un bon point ! Du coup il faudrait trouver un nouveau mot pour satisfaire tous ces compromis ! haha

      • Exact, soyons précis, c’est Napolitana. :-) D’ailleurs, quelle est l’origine de ce terme employé en Espagne? Je me le suis toujours demandée. Les investigations de couteaux et tirebouchons peuvent continuer 😉

        David a ouvert sans s’en rendre compte un autre épineux débat : On dit Choco à Toulouse? Est-ce que pour vous les « chocos » ce ne sont pas ces biscuits industriels fourrés au chocolat? A la maison il y a 2 camps (à quand des cartes aussi précises que pour les chocolatines versus pains au chocolats?) Chocos Prince ou choco BN? Pour moi les chocos ont toujours été des chocos BN :-) , pour mon mari ce sont forcément des chocos Prince….et pour vous? La guerre des chocos est ouverte. Bon wk!

  64. Que voilà du bon travail de recherche
    Moi, je suis né à Paris, mais le Sud Ouest est ma région.
    Je suis certain que c’est bien chocolatine qu’il faut utiliser. Ceux qui veulent un « pain au chocolat » peuvent simplement prendre un bout de baguette et y fourrer une barre de chocolat : pain + chocolat = pain au chocolat, comme chocolat + lait = chocolat au lait.
    Mais bon, on ne pourra pas faire entendre raison à ceux qui veulent garder leur dénomination.
    Par contre, je me régale toujours de voir les yeux de la boulangère à Paris à qui je demande « deux chocolatines dans une poche, s’il vous plait » (oui, en plus de chocolatine, je dis bonjour, merci et s’il vous plait !) !!
    Mais ça fait parler … Allez, allons manger une galette des rois, briochée bien entendu 😉

    • Tu cherches la rhétorique « pain au raisin = baguette + raisin » et « pain au lait = baguette + brique de candia ». Sacripant.

  65. C’est moi ou le sud est vraiment le seul à vouloir gagner cette « guerre ».
    En temps que nordiste transformé en sudiste, j’ai jamais débattu la dessus à Lille, et paf, j’arrive à Toulouse, on m’assaille de ces bêtises légèrement… Puériles non ?

    Personnellement je regarde dans la devanture et je demande ce qu’il y est noté, je ne me casse pas la tête pour ainsi dire.
    Mais continuez, ces petits débats me font bien rire, et si qqun a vraiment du temps à perdre qu’il creuse réellement le côté historique, ne serait ce pas la que se cache (et se cache bien en plus) la vérité ??
    Mais si tu pouvais citer un petit peu plus tes sources ça m’inspirerai plus confiance.

    Néanmoins félicitations pour le travail,
    Un nord-sudiste qui s’en fiche

  66. je propose de revenir au terme initial de croissant au chocolat ou alors de ce choisir un autre nom comme feuilleter au chocolat, pain n’étant pas le bon mot et chocolatine n’ayant aucun sens, cela nous permettrais de pouvoir clore ce débat en prenant un nom « parfait » pour cette douceur de mes petits creux

    • Le croissant au chocolat existe en plus du pain au chocolat, du moins en Lorraine, il a en plus un glaçage sur le dessus.

  67. J’aime bien comme les gens du sud-ouest veulent à tout prix imposer leur terme de chocolatine, au point de dire que toute la grande pâtisserie française se trompe, sur la seule base du fait que le pain au chocolat n’est pas un pain au seul sens pâtissier du terme, hors un pain c’est pas seulement notre très chère baguette, mais désigne une substance, comestible ou non, dont la forme rappelle la masse d’un pain (exemples : pain de viande, pain de savon). Le pain de sucre, lui, est conique et le pain de glace est un cuboïde. Merci Wikipédia, qui nous rappelle différents sens imputables à ce terme, mais je suis sûr que vous avez un autre terme pour désigner les pains de glace car il ne sont pas faits de pâte à pain au lait et le terme est donc une hérésie 😉

    De plus, vous considérez valable la dérive du terme chocolatine qui désignait le croissant au chocolat, qui a progressivement pris la forme d’un pain (et pas d’un baguette, d’ailleurs maintenant que j’y pense, quand on demande un pain en boulangerie, ça à bien plus la forme d’un pain au chocolat qu’une baguette), mais comme non recevable le fait qu’à l’origine ces croissants au chocolat étaient faits de pâte à brioche, comme vous le mentionnez vous même, justifiant ainsi la dénomination de pain au chocolat, puis qui a progressivement évolué puis devenir de la pâte feuilletée en forme de pain, d’où un gros point supplémentaire pour l’appellation « pain au chocolat » qui rappelle à la fois la pâte d’origine, et la forme actuelle.

    PS: c’est pain au raisin, OK, c’est pas bon, mais c’est le terme, chez moi un escargot, c’est un escargot, et la schnek, c’est de l’argot pour désigner le vagin, et je n’en ai jamais demandé en boulangerie non plus…

    • Schneck vient directement de l’allemand escargot. Et en Lorraine, on a les escargots aux raisins et les escargots au chocolat.
      Et outre le pain au chocolat, on a également le croissant au chocolat avec un glaçage dessus.

  68. Robert Eichman

    Le pain au chocolat et la chocolatine sont 2 produits différents. Il faut dire pain au chocolat. La chocolatine c’est autre chose.

    • Pourtant moi quand je commande une chocolatine on me sert la même chose que toi quad tu commandes un pain au chocolat!

  69. Etant du Sud Ouest et chocolatine addict, merci pour cet article qui me permet d »apporter de l’eau à mon moulin » et que je partage avec plaisir.
    Bonne journée

  70. Bonjour, venant de Lorraine et résidant à Bordeaux, je trouve cet article très intéressant. Mais c’est clair qu’il est subjectif: faire passer l’ancienneté du terme avant le fait que pain au chocolat soit présent dans le dictionnaire mais pas chocolatine… Moui, mais non.
    PS: Pour moi c’est soit schneck, ou un escargot

  71. Note: En Espagne, ca s’appelle des « Napolitano ». Ne me demandez meme pas pourquoi.

  72. j’ai beaucoup aimé lire l’article. Mais la Corrèze est CHOCOLATINE !

  73. font caroline

    Pour les pro-chocolatine, je vous laisse découvrir le TEE SHIRT CLUB CHOCOLATINE de OUEST COAST :) http://ouestcoast.fr/

  74. Et même pas un petit lien vers les sources pour inviter vos lecteurs à voter ? :)
    Allez, je m’en vais déguster un pain aux raisins. Enfin, une raisinine. Enfin bref.

  75. Dans le nord on dit un petit pain et tout le monde sait de quoi on parle ^^

  76. psahlincredule

    Recherche et précisions historiques intéressantes, mais vous avez conscience que le « débat », surréaliste, n’a aucun sens (sauf s’il s’agit juste de s’amuser sur un faux problème) ? L’idée « qu’il faut » dire comme ceci ou autrement (pain/chocolatine, poche/sac, etc) semble croire qu’il existe une « norme » (symptôme de l’époque ?), une façon juste, une orthodoxie qui bannirait (dans un sens ou dans l’autre) toute hérésie. Toute notre langue est faite comme ça : de régionalismes, de formes qui évoluent, d’emplois variables selon le lieu ou l’époque. On dit donc comme on veut, tout simplement : en fonction juste du but qu’on se propose : se faire comprendre ? Se faire plaisir ? Jouer les Irréductibles Régionalistes … Bref, votre article est éclairant sur les raisons de dire ainsi ici et ailleurs autrement, mais le débat me paraît vain, voire malsain (façon – certes ici essentiellement ludique – de refuser la coutume, la façon de faire de l’autre, ses particularismes) : quelque chose comme en écho aux multiples crispations identitaires …

    • Gagné, c’est juste une manière de rigoler de ce débat ! La prochaine fois je ferai « La quiche, avec ou sans fromage » et tous les autres débats du même genre 😉 Comme je le disais, l’essentiel, c’est surtout de bouffer et de se faire plaisir !

  77. Et si on n’en avait rien à battre et que chacun faisait ce qu’il voulait ? Et que ce serait même ça, la beauté du truc ?

    • C’est un article à vocation humoristique, il ne cherche pas l’utilité. Oui, chacun fait ce qu’il veut, mais la question n’est pas de savoir si ce débat apporte quelque chose ou non. On est ici dans une parodie de débat (même si certains oublient la notion parodique et s’y jettent à corps perdu), rien de plus.

  78. Merci pour cette brillante démonstration qui a le mérite d’être très drôle. Quand à son utilité, je me souviens d’un boulanger Nordiste (loin au nord de Montauban … pôle nord par là) m’a jeté un regard torve et m’a corrigé sèchement quand je lui ai demandé une chocolatine …
    Pour le sus cité pain au raisin, attention, certains sont à base de pâte briochée, et supporteraient donc bien cette appellation (si je suis votre raisonnement) pour les autres, il semble – si je suis toujours – que l’on puisse les appeler « Corinthines » ;)))
    Merci de nouveau pour ce moment « croquant gourmand »

  79. Bonjour,
    Merci pour cet article. Concernant ces differents termes, Habitant en Allemagne, j’ai fais le test dans une boulangerie de commander une « chocolatine » au milieu de la phrase en Allemand et on m’as servi une chocolatine. Le Chokocroissant (terme courant et non Chokoladekroissant, à moins que ce soit aussi une particularité regionale outre Rhin) ne designant pas toujours une chocolatine mais un croissant enrobé de chocolat ou avec du chocolat à l’interieur. Pour un pain au chocolat, le Schokobrötchen ou Schokostütchen est le terme utilisé pour une brioche ou un pain au lait avec des pepites de chocolat.
    Concernant les chocolatines, elles sont 5* en France même si on doit commander un pain au chocolat dans certaine region. En Allemagne pas top à coté…
    Concernant le pain au raison le terme utilisé outre Rhin et Rosineschnecke…Escargot aux raisin.
    Salut!

  80. Patrick de Maillard

    Blablabla bien sympathique et instructif…..seulement voilà: le mot « chocolatine » est tellement plus charmant et élégant que « pain au chocolat »! Alors, en bon « sudiste », comme vous dites, je continuerai à déguster mes CHOCOLATINES avec délectation jusqu’à mon dernier râle….laissant le reste du monde en faire autant avec son pain au chocolat!!!!!!!!!!!!!!!

  81. CHOCOLATINE EN FOOORCE!!
    SUD:1 – NORD:0 !!

  82. Bonjour, je ne sais pas si ça a été déjà dis mais il me semble que l’origine du mot « chocolatine » vient de l’occitan, ce qui d’ailleurs pourquoi c’est dans le sud-ouest que ce terme est le plus utilisé. Maintenant c’est tellement répandu que même une boulangerie parisienne comprendra la demande.

  83. Bonjour et paix à tous
    Etant d’un naturel conciliant et peu enclin aux affrontements confessionnels je propose de fusionner les deux termes: Vive la pine au chocolat !

  84. Jean-Luc Haure

    Bonjour à tous! Laisser moi continuer de déjeuner en paix avec ma chocolatine(que je trempe) et je vous laisse « petit-déjeuner » avec votre pain au chocolat! Je vous laisse aussi vos croissants au beurre tout mous qui n’ont plus forme de croissants et je garde mon croissant (en croissant)sans beurre avec les bouts bien cuits et bien craquants!

  85. Article totalement à charge du pain au chocolat, j’en prends pour preuve le 3ème point, qui démontre dès le départ que l’appellation juste est « Pain au chocolat »
    je cite : « Essayons maintenant de comprendre quel est le terme technique le plus adéquat. On sait qu’aujourd’hui dans les écoles de pâtisseries, on parle de « pain au chocolat ». Il semblerait donc que le vrai terme technique soit celui-là.  »
    et qui se termine par un « donc le point va à la chocolatine »
    D’autre part, si le pain au chocolat ne ressemble pas à du pain, la chocolatine ressemble encore moins à de la nougatine au chocolat.
    Je pourrais de mon côté apporter de nombreuses preuves de ce que j’avance, mais je sors de la boulangerie, dans laquelle le client précédent a acheté 8 petits pains, parce que c’est comme ça q’on désigne ici, chez moi, dans le Nord, les pains au chocolat. (pour la petite histoire, ce monsieur les a emmené da
    En parlant du Nord, il ne faut pas le confondre avec le nord (de la France).
    Le Havre, bien que charmante ville normande, n’a RIEN d’une ville du Nord, malgré sa situation géographique au nord de votre pays de mangeurs de chocolatines

    • Je suis d’accord SI on arrête de parler de sud pour toute la moitié basse de la france. J’habite à Perpignan (donc dans le département le plus au sud possible du pays) et on dit « pain au chocolat ». Alors qu’on arrête de nous dire que Toulouse c’est dans le sud, parce que c’est bien connu qu’à Narbonne c’est déjà plus des gens comme nous !

      Tseuh !

  86. vive le sud et la chocolatine
    j’ai aussi une proposition a faire pour explication
    c entre la croustade et le pastis gascon

  87. laurent de castres

    il y a une solution plus claire pour départager tous le monde .d’un coté il fait faire du pain au chocolat avec de la pâte a pain et de l’autre des chocolatine avec de la pâte brioché comme elles se font .

  88. Merci à Couteaux pour avoir relancer cet éternel débat. Je voudrais ajouter de l’eau au moulin . Tout d’abord je précise que je vis dans le sud ouest actuellement mais auparavant j’ai vécu dans le sud est et même le nord. J’utilise le mot chocolatine car c’est le premier que j’ai pu apprendre même si de nos jours dans les chaines de « boulangeries  » genre mie câline , ces viennoiseries sont appelées pans au chocolats même dans le sud ouest. Mon ajout au débat concerne le mot « Chocolatine » lui même et sur sa première dénomination : une chocolatine désignait un bonbon au chocolat (une dragée) vendue par le chocolatier Perron à Paris en 1853 (référence Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4500000/f4.image.r=chocolatine) .
    Pour ma part , j’ai souvent entendu la mignonne explication du terme par le fait que l’aquitaine soit restée sous domination anglaise si longtemps . Je dis mignonne car c’est mon point de vue , peu historique certes mais donnant dans le pittoresque ( Les commentateurs précédents ont rappelé que les langues françaises et anglaises à ces époques étaient moins usitées que les langues régionales et accessoirement que le chocolat n’avait pas encore été « découvert » ).

  89. et pour finir , le pain au chocolat au début était un dessert fait d’un mets de luxe le chocolat servi que grands tables . Il était fait d’une pâte à pain « classique » à laquelle était rajoutée du chocolat (amer et non sucré à l’époque ) référence : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k229292t/f124.image.r=pain%20au%20chocolat.langEN

  90. Donc si on prend le terme à l’origine Schokoladencroissant, et qu’en plus d’un point de vue culinaire la pâte étant la même pour un croissant et un Schokoladencroissant, on devrait donc tous appeler ça un Croissant au chocolat et les gens qui appellent ça un Pain au chocolat ou une chocolatine ont tous faux ! D’ailleurs j’ai vu des Croissants au chocolat à Besançon récemment, et ils avaient une forme carré !

    • Alors histoire de violenter un peu plus le truc, je sais que certains n’appellent « croissant » que les croissants qui ont une forme de demi-lune. J’ignore d’ailleurs comment ils appellent les croissants qui n’ont pas ladite forme. Mais ça pourrait être intéressant de lancer le débat !

  91. Bonjour,
    Etant drômois je défend bien évidemment le pain au chocolat! Chocolatine pour moi est un barbarisme, un mot sans charme… Bref cela est mon avis… Toutefois j’ai une question pour élargir le débat…

    Qu’en est il du pain au raisin? Parle-t-on d’une raisine ou autre mot sans fondement???? Non on parle bien de pain au raisin donc pour ma part je n’abandonnerai pas mon pain au chocolat….

    En tout cas ce qui est bien c’est que pain au chocolat ou chocolatine c’est toujours aussi bon!

    • Une raisintine, sûrement. La vraie question, c’est : peut-on mettre un « chausson aux pommes » aux pieds quand on a froid ?.

  92. Alors bonjour,
    Je tiens à préciser que le terme juste est pain au chocolat car c’est la majorité qui le dit et la majorité à toujours raison, voilà 3:)

  93. Alexandra Pech

    Bravo l’article! Il m’a bien fait rigoler! Vive les chocolatines!!! (mais je prefere quand meme les pain-no-raisins comme ils les appellent en Angleterre, meme s’il y a de la creme patissiere dedans et qu’ils ont oublie de le citer dans le nom! )

  94. Recherches très intéressantes, même si je ne suis pas tout à fait convaincue du résultat final. Je suis bordelaise et suis habituée à dire chocolatine et continuerai car je trouve cela beaucoup plus appétissant. Tout comme je suis habituée à dire pain aux raisins alors qu’escargot est plus original. Chaque région a donc son appellation la plus sympathique : Nord 1 – Sud 1.
    Il est quand même à regretter que certains commentaires soient un peu virulents, sur un sujet qui se voulait ludique.
    Quoi qu’il en soit, quoi de meilleure que cette délicieuse petite viennoiserie, qu’elle qu’en soit son nom ?

  95. Bonjour tout le monde,
    Alors moi je suis d’Agen (pile poil entre Bordeaux et Toulouse donc ! :-) )
    Pour tout vous avouer ca m’est egal que l’un ou l’autre « gagne », même si je dis moi-même une chocolatine (ou plutôt une chocolatine pr faire la vraie fille du sud), mais pas du tout pour les raisons citées dans l’article : en fait mon père est boulanger depuis un peu plus de 40ans, et à l’école (bon ok ca commence a remonter…) on lui a appris qu’une choco est donc cet enroulage de pâte feuilletée avec 1 (plutot 2) barres de chocolat (en forme de pain car c’est la forme ramassée qui donne le nom de pain et non le type de pâte) qui est l’objet de débat, et qu’un pain au chocolat est une sorte de pain au lait/brioché avec du chocolat à l’intérieur (barre ou pépites)… Donc 2 choses différentes techniquement.
    Par contre le comme qui différencie pâte feuilletée et feuilletée levée, qui dit qu’on utilise la seconde pour les viennoiseries, mais ne mentionné ni beurre ni margarine dans la compo… c’est étrange…
    Et pour la différence entre la croustade et le pastis gascon, il me semble que ce sont 2 techniques différentes (le pastis nécessité un enroulage de la pâte en forme de boudin et pas la croustade) ; et ici on dit aussi la tourtière ! (qui ressemble tres fortement à une croustade… pas tt à fait la même utilisation de la pâte cependant).
    En bref, je pense que les subtilités linguistiques suivent les subtilités culinaires…
    Sur ce je vais faire… une tourtière tiens !
    Bon appétit !

    • Oups! désolée la correction automatique du portable a changé certaines fins de mots….
      Je voulais dire une « choco » pr faire la vraie fille du sud-ouest, et le « comme » (sur la pâte feuilletée) c’était pour « commentaire »

  96. En fait, si on tient compte de ton analyse, on devrait appeler cela « croissant au chocolat ». Je ne vois pas en quoi « chocolatine » a « gagné »… Rien n’a démontré qu’historiquement c’était la référence…

    De plus, « Schokoladen » fait effectivement germanique, « Croissant » pas du tout. Pourquoi pas « SchokoladenKipferl » au lieu de « Schokoladencroissant »? Sachant qu’en plus le double S s’écrit ß.

    Très bancale cette analyse

  97. Personnellement, je laisse chacune dire ce qu’il veut et bizarrement, c’est souvent le « club » chocolatine qui essaye de se justifier. Sûrement parce-que vous êtes en minorité?

    Et les personnes qui disent « Sud Chocolatine ; Nord : Pain au chocolat » vous pouvez arrêter, dans le Sud Est on dit aussi « pain au chocolat ». Et d’ailleurs, dans le Nord, le département, on dit « petit pain » (J’ai vite arrêté une fois dans le Sud Est car on me donnait toujours le plus petit…)

  98. Heuu vous me trouvez très embetante si je vous dis que chez moi (en alsace) on les appel plutôt  » petit pain » ou alors « petit pain au chocolat » bon ok ca ressemble beaucoup à pain au chocolat, mais dans le language courant on dit surtout  » petit pain » et dans les boulangeries, c’est affiché comme celà!

  99. Article sympathique et éclairant! Je suis chti depuis que j’ai 6 ans. La majorité de ma famille est dans le Perigord. Inutile de vous dire que je connais le débat! J’ajouterais que « din ch’nord » on dit plus couramment encore « petit pain » (tout court). Ce qui est encore plus trompeur. Pourtant ici, dans n’importe quelle boulangerie, on te servira un pain au chocolat/chocolatine si tu demandes un « petit pain ».
    Pour conclure: le principal c’est que ce soit miam!

  100. Vous avez oublié de mentionner les auteurs des photos….
    Première photo @ cc Luc Viatour
    Merci

  101. J’abonde dans le sens de Jules: je suis né et j’ai passé mon enfance à Strasbourg où j’ai toujours mangé des chocolatines, comme à Arcachon où nous passions nos vacances. Je n’ai découvert le pain au chocolat que lors de mon exil à Paris. Peut-être que les Strasbourgeois évacués dans le Sud Ouest lors de la guerre, ont rapporté la chocolatine?

  102. Ça vient d’où votre carte ? Pour y avoir habité plus de20ans je peux vous dire que dans toute la Corrèze on appelle ça aussi une chocolatine x)

  103. moi j’ai entendu dire que la premiere « chocolatine » avait été fabriqué rue du Mirail à Bordeaux. Et pour moi un pain au chocolat c’est un pain au lait avec une seule barre de chocolat comme ca existait encore il y a quelques annees.

  104. J ai pu constater non sans un certain plaisir que la chocolatine se mange aussi au Cambodge!
    Ils l’écrivent « chocolate tin »

  105. Bonjour,

    En tous les cas cette gourmandise est très appréciée chez nous, principalement au goûter :) les croissants plus au petit déjeuné et bien sur fait maison :) ; Comme les abricotines ou lunettes :) ; voici si je peux me le permettre une de mes recettes https://www.facebook.com/Popotedujour/posts/1450581261831140 . Bon dimanche

  106. On ne dis pas spécifiquement « Chocolatine » ou « Pain au chocolat », les deux désignent la même chose :)

  107. Le mot chocolatine est entrée au dictionnaire en 2007. Ca veut dire qu’en 2007, ce n’était pas un mot. Fin du débat, pain au chocolat > chocolatine.

  108. Et pour vous Monsieur ce sera ?
    Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine, Chocolatine.
    Et 3 croissants SVP.

  109. L’argument de l’emploi du mot pain qui serait un contresens ne tient pas si l’on prend en compte que dans le sud-ouest on parle également de pain aux raisins pour désigner un escargot… Ce qui serait valable dans un sens l’est dans l’autre. Et toc !

    • C’est exactement ce que je dis dans l’article ! moi j’appelle ça un escargot au raisin !

  110. Je suis parisienne à l’origine, mais je suis pour la choco : pourquoi utiliser trois mots pour nommer une chose quand on peut n’en utiliser qu’un ?
    Dire « pain au chocolat » pour une choco, c’est comme si on disait une louche à trous pour dire une écumoire, une sauce au vinaigre pour dire une vinaigrette, un pot à bouillir pour dire une bouilloire, une pomme de terre pour… ha non, patate c’est un peu moche !

    Et si ça doit être en trois mots, dire feuilleté au chocolat me paraitrait plus logique !

  111. J’ai vu une boulangerie qui proposait des chocolatine ET des pains au chocolat (il y a 15 ans à Angoulême, un fief de la chocolatine)

    Il y avait une différence très nette !
    La chocolatine était un pain brioché, tel qu’il a été importé d’Autriche, et dont le nom en est issu.
    Tandis que le pain au chocolat est une invention Française, dérivé de la chocolatine.

    Donc en effet la chocolatine est plus ancienne, mais elle est briochée, et non feuilletée.

    Pour ce qui est de la bonne raison de donné tel ou tel nom, on s’en moque. Par contre la vérité, c’est un pain brioché pour la chocolatine, et un pain feuilleté pour le « petit » pain au chocolat.

  112. Puisque on parle beaucoup de langue dans les commentaires j’aimerais vous signaler qu’une étude a permis de découvrir qu’un anglophone serait incapable de parler l’anglais si on enlevait de son vocabulaire tous les mots d’origine française de sa langue tout comme un français serait incapable de parler sa langue si on lui enlevait les mots d’origine latine…

  113. Au Québec on dit uniquement chocolatine et d’ailleurs c’est une viennoiserie qui est toute récente ici, apportée par les pâtissiers français (gascons?) il n’y a pas si longtemps..

  114. Malheureusement, ça n’a rien d’une « vraie » histoire, pas plus que celle selon laquelle il s’agirait d’un anglicisme. La chocolatine, à la base, est une petite boule croquante aux fruits et au chocolat.

    http://image.noelshack.com/fichiers/2016/02/1452801795-chocolatine-01.jpg

    Le fait d’attribuer ce terme aux pains au chocolat est un simple régionalisme linguistique, dont l’origine est difficilement traçable ; mais c’est comme les habitants du puy-de-dome qui ne font pas la différence entre entendre et écouter (et qui diront donc au téléphone « je t’écoute mal », ou nos amis belges qui ne différencient pas savoir et pouvoir et nous diront dont qu’ils ne « sauront pas venir ». Une simple déformation régionale.

    • A moitié vrai ! D’un côté l’histoire de ce « bonbon » au chocolat est probablement vraie, de l’autre l’histoire que je décris ici, celle de Zang et du croissant, est vraie aussi. Le basculement « schokoladen – chocolatine » reste une hypothèse, probable, mais une hypothèse. Malgré tout, il est possible que deux produits différents aient porté le même nom, surtout qu’il y a 20 ans d’écart entre l’apparition de ces deux produits.

      En tout cas, enfin qui a compris qu’on devait venir ici pour rigoler !

      • Beaucoup trop de gens qui ont du mal avec l’humour. Comme chantait Renaud, « ces fanatiques fous furieux, abreuvés de haine et de bière, déifiant les crétins en bleu, insultant les salauds en vert »…

  115. Malheureusement pour vous la majorité l’emporte, vive le pain au chocolat.
    Mais ne vous inquiétez pas « La démocratie, ce n’est pas la loi de la majorité, mais la protection de la minorité »

  116. MOUREZ HERETIQUES!!!!!!!!!!! LE SAINT PAIN AU CHOCOLAT VAINCRA !!!!!!!!!

  117. une bonne chocolatine dans du chocolat au lait rien de meilleur

  118. Article intéressant !
    Une coquille s’est glissée : en Espagne, le terme est NAPOLITANAS (avec un i) . Voir ici : https://www.google.fr/webhp?sourceid=chrome-instant&ion=1&espv=2&ie=UTF-8#q=napolitanas

  119. et ba moi, l’alsacienne je dis « Petit Pain au chocolat » ^^ mouhahaha

  120. Il n’y devrait pas avoir matière à débattre la dessus. J’ai envie de dire que chacun a le droit d’appeler ça comme il veut … De toute façon, le nom est inscrit au-dessus du prix dans les boulangeries, alors si on en veut, on dit le mot qu’il y a marqué …
    Il n’y a pas de bon ou de mauvais terme.
    Personnellement, j’habite en Touraine où je demande un pain en chocolat. Mais, cet été, j’ai été en vacances dans le Sud et j’ai demandé des chocolatines.

  121. beau débat qui m’a fait sourire. (pas de panique, messieurs, dames. je ne parle que de mon parcours.) étant d’origine du nord est, vivant actuellement au sud est, je suis passer par le sud ouest et par le nord ouest, j’ai majoritairement entendu « pain au chocolat », suivi de prés par « croissant au chocolat » mais beaucoup moins « chocolatine ». en Allemagne « croissant au chocolat » est « pain au chocolat », jamais entendu « chocolatine ».
    donc pour moi: « pain au chocolat » vainqueur, malgré que je suis plus pour « croissant au chocolat » au vus de sa composition.
    petite énigme pour ceux qui sont contre « pain au chocolat »: pourquoi dit-on « une pomme de pin »? en effet, cela n’a rien d’une pomme et encore bien moins d’un pain.
    bon, allez, je déconne. il me semble que c’était un peu le but de ce débat.
    perso, je n’irai pas vérifier les sources, ni de l’auteur, ni des participants. pourquoi? par ce que je m’en fout. appelez ça des croissantines si ça vous chantes, au moment de les manger, je ne leur demanderais pas comment ils s’appellent.
    moi je dit juste  » VIVE LES BOULANGERS PÂTISSIERS  » qui nous régalent chaque jours avec leurs savoir faire.
    amitiés à toutes et tous.

  122. Enfin quelques réponses à ce débat ! Merci, super travail de recherche ! Et vive la chocolatine ^^

  123. Sinon, il suffit d’ouvrir n’importe quel dictionnaire serieux…
    « Chocolatine : nom donné dans le sud-ouest au pain au chocolat. »

    On peut débattre des heures sur l’origine le fait est que le terme français est pain au chocolat et que chocolatine est une appelation régionale.

    Le sens des mots a beaucoup changé dans la langue francaise mais mais pour faire une analogie, c’est pas parce que les québécois appelle une voiture un charnais, que voiture désigne aussi un wagon dans un train et que le mot carrosserie est resté que le mot adéquat n’est pas voiture !

    Appelez ça une chocolatine dans le sud, c’est un joli mot mais ce débat n’a pas lieu d’être car le mot français officiel est pain au chocolat.

    • Il fallait bien entendu lire un char et non un charnais : merci le correcteur orthographique automatique de nos chers téléphones (pas si) intelligents…

    • Donc le dictionnaire parisien est supérieur au dictionnaire québécois ?
      C’est une vision du monde en voie de disparition, heureusement !

  124. quand je suis parti de ma Bretagne natale en 1980 je mangeais des pains au chocolat, depuis je vis dans les Pyrénées et je mange des chocolatines ; peu m’importe l’appellation , le seul vrai débat qu’il faut mettre en avant se résume en 5 mots « pourvu que ce soit bon ! » Et ce n’est pas gagné !

  125. Pain au chocolat pour une viennoiserie n’a certes aucun sens mais chocolatine non plus. De plus que ce soit de par la recette ou bien la traduction littéral germanique on tombe dans les deux cas sur un : Croissant au chocolat (ou Chocolat dans croissant pour être plus exact).
    Donc le débat « Chocolatine ou Pain au chocolat » n’a aucun sens. Aucun des deux ne devrait exister.
    C’est comme un débat « Peste ou Colera ». Quoique vous choisissez vous avez perdu.

  126. Théorie qui aurait pu être bonne sauf que vous oubliez plusieurs choses que j’aimerai bien éclaircir :

    – Déjà la pâte feuilletée est cuite en même temps que le chocolat pour l’un, alors que l’autre, non. Et l’on peut prendre n’importe quelle baguette ou STYLE de pain. Le mélange doit se faire avant cuisson, où l’on met notre morceau de chocolat dans la pâte.
    – Tout comme le pain aux figues, au raisin, au lait, au lard etc. Dites-vous figuetine, raisintine, laitine, noisetine, lardines ou autre dans le sud-ouest ? Alors pourquoi le chocolat oui ? Plus joli ? Marketing ?
    – Quant à utiliser les expressions des autres pays, c’est à la limite du déplacé quand même. Alors certes, on n’en recherche la source mais le terme « chocolatine » n’est qu’une déformation linguistique de l’allemand qui l’a transformé en « chicolatina ». Il n’est en aucun cas issu de la langue d’oc, alors que la locution « pain au chocolat » est du français pur. En quoi ceci devrait donner un point à « Chocolatine » ? C’est absurde oÔ
    – Dernier argument et qui se suffit à lui seul : L’Académie Française n’a jamais et en aucun cas rejeté « Chocolatine » ou « Pain au chocolat ». Vous pouvez chercher de partout sur leur site. Il n’y a rien.

    De ce fait, les deux sont acceptés. Maintenant, mon avis est que chacun appelle les choses comme il le souhaite selon la région. Il n’y a qu’à voir les friandises (gaufrette + marshmallow + chocolat) que l’on appelait autrefois « bamboula » ou bien « tête de nègre » (en Provence en tout cas).
    Tout devient interdit et/ou se mondialise et ceci n’est pas une théorie, c’est malheureusement la réalité.

    Il faut savoir vivre avec son temps. Ah là là, quelle tristesse…
    C’est la vie… :/

  127. Originaire du nord, j’ai toujours dit pain au chocolat ; je ne connaissais pas du tout le terme « chocolatine ». Je n’ai appris ce mot que depuis que j’habite à Bordeaux, et j’ai tout de suite adopté ce terme (alors que « poche » pour un sachet, j’ai plus de mal). D’autant plus que ça m’a rappelé que petit, je mangeais justement des petits pains au lait, avec une barre de chocolat (du Côte-d’Or, je ne sais pas si ça existe encore). Donc je trouve que chocolatine est bien plus logique.

    Mais j’ai quand même appris quelque chose avec votre article que je vais m’empresser d’envoyer à ma famille restée dans le nord.

  128. LePainAuChocolatVaincra

    JAMAIS

  129. Pololey_pain_au_chocolat

    Je suis désolé mais si le rédacteur de cet article avait dis pain au chocolat depuis qu’il était petit il aurait trouvé plus de raisons pour dire « pain au chocolat » que « chocolatine ». Donc en gros tout dépend du point de vue. Lui avait l’habitude de dire chocolatine donc il défend son point de vue. Si il avait l’habitude de dire pain au chocolat il aurait su défendre et donner tous les arguments nécessaires pour que le bon mot soit pain au chocolat. Sur ce, a+ les bro.

  130. Si on doit dire chocolatine, alors pour le « pain aux raisins » on dit quoi ? Une raisinine ?

  131. J’ai toujours vécu dans le sudouest mais je suis issu d’une famille de Normand donc je dis Pain au Chocolat.
    Des explications intéressantes qui pourraient me convaincre; c’est juste dommage que tu ne sois pas totalement objectif, et que l’on sente que tu es plus pour Chocolatine. Cela peut provoquer le doute sur la véracité de tes propos.

    • Les propos sont vrais ! Que je sois « pour » la chocolatine ne change rien à l’histoire. Pour les points en revanche, l’interprétation est à la liberté de chacun. Certains diront que le fait que plus de monde dise pain au chocolat vaut 3 points à lui tout seul ! Moi j’estime qu’il vaut mieux être techniquement juste que d’être dans la majorité :)

  132. La viennoiserie actuel est une « évolution » d’un morceau de pain fourré au chocolat.
    La recette à un peu changée (pâte différente) mais le nom est resté, donc c’est logique que se soit « pain au chocolat » puisque c’est ce que c’était à l’origine.

  133. Article intéressant et plutôt documenté (ce qui est rare sur ce sujet clivant) mais qui transpire néanmoins la subjectivité (par exemple, je cite : « Pourquoi on parle de pain bordel ? »).

    Des points pertinents ont le mérite d’être soulevés mais les conclusions qui en sont tirées n’ont rien d’évident.

    – Sur l’ancienneté :
    « Chocolatine » serait le terme le plus ancien. OK, admettons. Et alors ? Le vocabulaire ne peut-il pas évoluer ?

    – Sur la composition :
    Les pâtisseries nommées « pain » seraient à base de pâte briochée or les « pains au chocolat » sont à base de pain feuilletée. OK, ça explique l’existence du « pain au lait ». Mais il apparaît alors un problème concernant le « pain au raisin » (ce que tu reconnais en fin d’article). En toute rigueur, il faudrait donc aussi renommer les « pains aux raisins ». Sauf que, d’après ton argument précédent (celui qui stipule que le nom original dispose d’un surcroît de légitimité), ce n’est pas possible. Retour à la case départ.

    – Sur l’usage international :
    Le sujet concerne la dénomination française d’un produit. Alors peu importe son appellation à l’étranger. Prenons un petit exemple, en essayant de transposer ça sur un autre sujet faisant potentiellement l’objet d’une controverse lexicale. Ce qu’on appelle « boxer » en France désigne un sous-vêtement couvrant le haut des jambes (à la différence d’un slip) mais non flottant (à la différence d’un caleçon). Le terme « boxer » intervient dans la dénomination anglaise de plusieurs de ces sous-vêtements (« boxer shorts » = caleçon ; « boxer briefs » = boxer à la française) mais, quand il est employé seul en anglais (« boxers »), il désigne communément un caleçon flottant. Il ne faudrait donc pas parler de « boxer » (ce qui ferait référence à un caleçon) mais de « trunks », qui serait un terme plus adéquat. Est-ce important ? Non. On a importé en France un terme anglais, ça a été mal fait, OK, mais maintenant il est passé dans l’usage français courant. Quand, à l’inverse, les étrangers utilisent un terme français, ils peuvent eux aussi faire une erreur. Donc, même si « chocolatine » était largement utilisé à l’étranger, ça n’argumenterait en faveur de rien. Quand à l’argument de la mauvaise compréhension des étrangers, il est fallacieux. « Chocolatine » ou « pain au chocolat » sont, de toute façon, des termes qui sont étrangers à leur langue, il leur appartient de faire l’effort d’en saisir la signification. Les anglais remettent-ils en cause leur usage du terme « actually » (« en fait ») au prétexte que les français le comprennent à tort comme « actuellement » ? Les espagnols cessent-ils d’utiliser le verbe « salir » (« sortir ») parce que les français pourraient le confondre avec le verbe français « salir » ? Non. Alors pourquoi devrions nous nous interdire « pain au chocolat » au motif que les étrangers ne le comprennent pas ?

    Quand bien même tu aurais démontré que « chocolatine » était un terme plus légitime (et je ne pense que que tu aies fourni une telle démonstration), ça ne change rien au fait qu’il est employé de façon minoritaire, à la fois géographiquement et numériquement. Peu importent les arguments historique, pâtissiers ou internationaux, l’appellation la plus admissible reste celle qui est la plus consensuelle. Et, à ce jour, c’est « pain au chocolat ».

    • Comme je le dis dans l’article, il ne suffit pas d’être les plus nombreux à dire quelque chose pour avoir raison ! Galilée, Copernic… on connait la suite ! Pour répondre simplement sur un point : le pain au raisin est autant une abomination linguistique et technique que pain au chocolat. On peut le changer sans problème ! De toute façon tous les « pain au … » sont les signes d’une faiblesse et d’un manque de créativité au niveau de la langue, ce sont des mots pauvres qu’on a utilisé pour bien faire comprendre aux enfants… Et il faudrait tous les supprimer !

Laissez un commentaire