Pâtisserie Aoki, le Japon en dessert

Pâtisserie Aoki, le Japon en dessert

Comme la cuisine salée, la pâtisserie n’échappe pas à la tendance de la fusion franco-japonaise. On connaissait déjà les pâtissiers français (Pierre Hermé, Jean-Paul Hévin…) s’exportant avec succès au Japon, on va aujourd’hui découvrir les pâtissiers japonais qui viennent poser leurs maryses en France.

Parmi eux, Sadaharu Aoki. Diplômé de la réputée école de cuisine Machida au Japon, il vient rapidement faire ses gammes en France, où il devient dès 1999 responsable de la Fédération des Pâtissiers Japonais à Paris.

Dans ses quatre boutiques parisiennes, Sadaharu Aoki met à l’honneur une pâtisserie française aux accents japonais. On retrouve les traditionnels choux, entremets et macarons mariés à des saveurs japonisantes subtiles (Matcha, Yuzu, Hibiscus..), dans un style graphique et coloré.

Couteaux et Tire-Bouchons se sont portés volontaires pour mettre à l’épreuve le stand du pâtissier situé aux Galeries Lafayette Gourmet.

Pour cette première fois, on s’essaye à des saveurs classiques de la pâtisserie japonaise, le thé matcha et le haricot rouge, avec un « Matcha Azuki », et à un entremet mariant l’hibiscus aux fruits rouges, le Ginza.

Les pâtisseries japonaises de Sadaharu Aoki à Paris :

Pâtisserie Aoki Paris Le premier entremet (Matcha Azuki) est composé d’une crème légère au thé matcha, d’une pâte de haricots rouges azuki, et de praliné feuilletine et un délicieux biscuit moelleux. Le tout est recouvert d’un mini-macaron au thé matcha.

J’aime beaucoup ces saveurs que je découvre pour la première fois. Les textures sont aériennes et le praliné apporte un délicieux contraste de croustillant. Je suis fan. Ma chérie un peu moins, elle qui n’apprécie pas spécialement le matcha… « L’impression de déguster un thé trop infusé »… Les avis divergent mais on admire tous les deux la régularité de la pâtisserie, la perfection des textures. Le mini-macaron est parfait et donne envie de tester les autres de la gamme.

Le second entremet, Ginza alterne une crème parfumée à l’hibiscus, compotée et mousse de framboise et fruits rouges, et ce fameux biscuit moelleux.

L’ensemble est aérien et délicat, l’acidité est présente et compense bien le sucre du dessert. On aurait peut-être apprécié de mieux percevoir le goût de l’hibiscus, mais on chipote. Pour celui-ci y’a pas photo, on peut dire à l’unisson qu’on a adoré ! Le mariage des saveurs est exquis et le moelleux est tel qu’il fait presque penser à un chiffon cake.

Prix :

Compter environ 5 euros 50 pour les entremets, moins de 4 euros pour les choux, 1 euro 20 le macaron… La pâtisserie Aoki propose des prix similaires voire légèrement inférieurs aux pâtisseries de la même gamme, et surtout, pour ce prix on découvre une pâtisserie différente, plus légère et plus subtile et vraiment intéressante.

Une très bonne découverte, et comme on s’y attendait la pâtisserie est dans la tendance de ce qui se fait chez les chefs japonais : léger, moderne, délicat et subtil. Les goûts sont originaux et permettent de découvrir les influences de la pâtisserie japonaise.

On y retournera à coup sûr, et on manquera pas de vous faire partager nos dégustations.

Les boutiques de Sadaharu Aoki :

– 56 boulevard de Port Royal 75005 Paris 5ème

– 35 rue de Vaugirard 75006 Paris 6ème

– 25 rue Pérignon 75015 Paris 15ème

– Lafayette Gourmet 40 boulevard Haussmann 75009 Paris 9ème

Pâtisserie Aoki, le Japon en dessert
Notez recette recette !

Laissez un commentaire